Maudits français !

Pendant ce temps, à Vera Cruz (old) Lundi 26 mai 2014

Réécoute
Maudits français !
Les étudiants français au Québec risquent bientôt de payer très cher leurs frais de scolarité. Hors échanges universitaires, le gouvernement de la belle Province veut abolir le système actuel, qui offre des conditions très avantageuses aux français.

Ah, la Belle Province ! Les forêts, les grands espaces, le sirop d'érable et les hivers rigoureux... Une terre promise qui attire chaque année de plus en plus de jeunes français. Depuis 2001, leur nombre a augmenté de 160%. "Une invasion ", selon une plaisanterie québécoise récurrente.

Il faut dire qu'aujourd'hui, les français sont largement favorisés par rapport aux autres étudiants étrangers. Hors échange universitaire (financièrement indolore pour l'étudiant), les frais de scolarité s'élèvent en moyenne à 2000 dollars (1465 euros) par an, jusqu'à sept fois moins cher que ce que doivent débourser les étudiants des autres provinces canadiennes.

Epreuve d'intégration à l'Université du Québec à Trois-Rivière / cc Flickr UQTR


Ce tarif préférentiel est basé sur des ententes passées en 1965 et 1978, en vue d'intensifier les échanges culturels entre la France et le Québec. Au pouvoir depuis le mois d'avril, le Parti Libéral du Québec envisage d'y mettre un terme. Une réforme qui pourrait rapporter jusqu'à 75 millions de dollars.

Grands perdants, les 12 000 français qui étudient au Québec paieront 180 % plus cher qu'actuellement. Plus de 3000 d'entre eux ont signé une pétition en ligne pour s'y opposer. C'est le cas de Marcuf, 19 ans, étudiant en HEC depuis moins d'un an. Il a déjà contracté un prêt de 40 000 euros sur 4 ans pour financer ses études.

Quand j'ai appris la nouvelle, ça m'a fait assez peur. Je vais devoir assez rapidement faire un deuxième emprunt. J'ai envisagé de revenir en France, mais je ne me vois pas interrompre mon diplôme. A long terme, c'est une mauvaise idée pour le Québec. On peut leur apporter de la richesse en restant travailler ici.


Prof et étudiants / cc Flickr uMontréal.ca


A l'inverse de Marcuf, certains n'auront pas le choix et devront quitter la Belle Province si les frais de scolarité explosent. Entre la France et le Québec, le sujet est délicat, remettant en cause 40 ans de coopération universitaire. Le gouvernement québécois tranchera début juin.

Reportage pour le Mouv' de Marie-Laurence Josselin. Mise en page : Sébastien Sabiron.

Retrouvez ici notre reportage sur la "Ruée vers l'érable"

Et par ici des infos pour aller étudier au Québec.

 



Les choix actu du Mouv', c'est tous les jours dans le Reportage de la Rédaction

Et abonnez-vous au podcast RSS et iTunes

Commentaires