Ma cavale au Canada

le Reportage de la Rédaction Vendredi 17 janvier 2014

Réécoute
Dernières diffusions
Ma cavale au Canada
Des milliers de Français attendent avec impatience la réponse de l'ambassade du Canada. Ottawa doit se prononcer ces jours-ci sur l'attribution de ses 6.750 PVT (permis vacances travail). Un sésame de plus en plus convoité.

 

C'est au Japon que le concept est né, en 1999. Un visa d'un an permettant à toute personne de moins de 30ans révolus d'aller bosser à l'étranger pendant une année entière. Et roulez jeunesse ! Séance de rattrapage si vous avez manqué la case Erasmus ou confirmation de votre envie d'aventures autour du monde, le principe a séduit dès l'origine. La Nouvelle-Zélande, l'Australie, le Canada, la Corée du Sud, Hong-Kong, l'Argentine et le Brésil ont copié le modèle japonais. Le Canada, par exemple, distribue désormais 6.750 PVT par an. Et la sélection a lieu ces jours-ci.

 

Le voyage de Pierre au Canada

"PVT" pour "Permis Vacances Travail". Pierre Le Mestreallan en a obtenu un en 2011. Cet ingénieur a eu une révélation. "Je n'ai rien de particulier contre la France mais je n'y trouve plus mon compte. J'ai besoin de contact avec les autres et d'enrichissement culturel. En France, on ne nous donne pas notre chance. Au Canada, si on montre suffisamment d'envie, on peut réaliser ce qu'on veut." Aujourd'hui, il s'apprête à repartir, direction la Nouvelle-Zélande.

 

"Si vous vous rendez au Canada, vous aurez sans doute à démarrer à un poste plus modeste que celui que vous occupiez en France", tempère Oliver Sheppard, chargé de mission à Pôle Emploi International, qui propose 30.000 offres d'emploi à l'étranger chaque année. "Mais si vous avez des compétences manageriales, vous pourrez évoluer beaucoup plus rapidement, peu importe votre âge ou vos diplômes."

 

 

Forcément, ce genre de promesses attire les curieux. Plus de 100.000 internautes viennent se renseigner sur un site dédié : pvtistes.net. Julie Meunier, la fondatrice, voit circuler toute sorte de projets pour le Canada : woofing écolo ou roadtrip en vélo. Mais la plupart des demandes concerne le boulot. "Il y a de belles opportunités pour nous parce que le français est l'une des langues officielles du pays, et les autorités québecoises tentent de favoriser la venue des francophones que nous sommes pour que cette langue vive." 

 

Julien Villefranque en est à huit années passées à l'étranger. Il a gardé un ranch au Japon, animé une émission de radio au Vietnam, servi dans un bar au Guatemala, et son métier d'origine, cordiste, il l'a exercé en Argentine et au Canada. "Je veux repartir mais je ne sais pas encore où, ce sera surtout en fonction des possibilités. Un pvtiste vit au jour le jour."

 

Loup, pvtiste français devenu coiffeur à Sydney © Junior Loup, 2014

 

Loup, coiffeur à Paris, a bouclé ses valises pour partir en Australie. 24ans, 500€ en poche et, en 48h, il avait trouvé un appart' à Sydney et un emploi qui le bottait. "Il y a énormément de Français en Australie, et ils ont su me donner les bons conseils, les bons contacts. Mon travail n'est pas déclaré, mais c'est une situation très fréquente et je me suis refais une clientèle sans souci."

 

 

Le tout, c'est de ne pas se planter. "Si on prépare mal son projet professionnel, il y a un risque d'échec", prévient Oliver Sheppard. "Renseignez-vous notamment sur les secteurs qui embauchent. Et attention aux tracasseries administratives." La couverture sociale peut changer d'un pays à l'autre. Au sein de l'union européenne, vos éventuelles indemnités Pôle Emploi peuvent continuer à être perçues depuis l'étranger.

 

Toutes les infos pour préparer votre voyage sont sur pvtistes.net.

Si vous avez encore besoin d'être convaincu, on vous propose une balade au forum "Destination Canada", organisé par l'ambassade du pays à Paris. Cliquez ici

Mais le rendez-vous incontournable des voyageurs, c'est évidemment Allô la planète, avec Eric Lange. Et c'est par .

 


 

Photo de couverture : Cc FlickR Alexindigo

Reportage : Cécile de Kervasdoué

 

Commentaires