Love Will Tear Us Apart de Joy Division

Reprises de volée Mardi 26 février 2013

Réécoute
Dernières diffusions
08/04/13 Wonderwall
25/03/13 The Clash
Love Will  Tear Us Apart de Joy Division
En période de disette musicale, de tristesse générale et de grosse grippe, on ne parle plus d'amour. Et avec l'amour "qui va nous déchirer" de Joy Division, cet exercice indispensable pour tout musicien qu'est la reprise tient parfois du génie, parfois de l'échec le plus total.

 

Voix de baryton, paroles dépressives et autres riffs de guitare dans la veine post-punk, voilà ce qu'est Love Will Tear Us Apart de Joy Division. Le titre enregistré fin 1979 dans les studios mancuniens de la BBC sort en avril 1980. C'est leur premier single, et le dernier d'ailleurs, puisque Ian Curtis est retrouvé mort le 18 mai suivant.

Ce titre est construit autour du désamour du chanteur pour son épouse, avec qui il est en couple depuis ses 19 ans. Ian Curtis n'y parle que de routine, d'amour qui se flétrit, et de chambre froide à propos de la chambre conjugale. Pour les moins anglophones, le Québécois Pascal DJ en a fait une reprise francisée, et plutôt réussie.

 

On compte du côté de nos amis nord-américains des reprises moins inspirées. Par exemple, pendant un concert de U2, les Canadiens d'Arcade Fire débarquent sur la scène et se mettent à reprendre le titre. Évidemment, comme là c'est Bono qui se fade les paroles, on peut difficilement parler de grande réussite.

Heureusement, de l'autre côté de la frontière, un certain Adam Green s'est lui aussi essayé à l'exercice. Le tout sonne très crooner, comme à son habitude, mais le côté lo-fi de la reprise sert le morceau original.

 

Parmi les artistes indé, le folkeux José Gonzàlez y est allé de son petit couplet. Le patron de Junip opte pour une version très folk, à la voix haut perchée. C'est une reprise plus posée, mais à la réinstrumentation dangereusement riche.

 

Les traditionnelles reprises à la flûte ou à la sauce métal sont sans doute dispensables. Mais comme tous les bons titres, Love Will Tear Us Apart influence bien au delà du cercle musical post-punk ou cold-wave. 

The Cure aussi, plutôt new-wave, rend hommage au groupe de Manchester. Parmi les illustres, on retrouve les Stone Roses, The Sound ou les Russes de Motorama qui témoignent de l'influence que Joy Division conserve. Plus encore en période de crise, comme l'était Manchester en 1977-1980.

 

Commentaires