Loon : le projet gonflé de Google

L'actualité numérique Jeudi 22 août 2013

Le moins qu’on puisse dire c’est que le titan du Net a la tête dans les nuages et les pieds plus vraiment sur Terre. Après ses lunettes connectées et sa voiture sans pilote, voilà que Google veut changer le monde avec des ballons!

 

Et pas n’importe quels ballons. Rassurez-vous hein, Google ne vient pas sur les terres Qataries du ballon rond. Non, Google investit dans de bons vieux ballons de baudruche. Comme dans la chanson. Et compte s’en servir pour tenez-vous bien, apporter Internet aux personnes qui n’y ont toujours pas accès. Encore ⅔ de la planète tout de même si on en croit les chiffres de la firme américaine.

Il faut imaginer tout une ribambelle de ballons flottant dans les airs. Il est question de 15 mètres de diamètre, donc ils ressemblent plus à de gigantesques méduses des airs qu'à de simples ballons de foire.

On ne les voit pas, puisqu’ils planent à 20 km au-dessus de nos têtes, soient bien au-delà des avions. Les ballons sont connectés à Internet via un unique terminal resté au sol, une espèce de modem en fait, et chacun de ces ballons communique entre eux et peut donc envoyer un signal aux antennes installées en contre-bas. En gros, ça marche un peut comme le wifi, ou mieux, ce qu’on appelle la 3G sur nos portables.

Google est actuellement en phase de test hein et a notamment demandé récemment aux californiens de participer en installant chez eux les fameuses antennes qui ressemblent à des espèce de gants de boxe rouge à fixer sur les façades.

Google n'en est pas à son premier ballon d’essai -oui, fallait que je la fasse. Apparemment, le géant a aussi laché ses ballons dans le Kentucky l’an passé ce qui a provoqué une mini panique, des résidents signalant la présence d’ovni dans le ciel. Mais encore raté, c’était donc Google. Ou en tout cas, c’est ce qu’on dit.

L’objectif avec le projet Loon n'est pas de couvrir la Terre de ballons, mais reste pour le moment de prendre en charge les zones toujours dans le noir ou sinistrées à la suite d’une catastrophe naturelle par exemple.

Ce qui me fait penser par extension que Google pourrait très bien à l’avenir se servir de ses ballons, si jamais ils s’avèrent fonctionnels, pour fournir des moyens de communications aussi dans des pays ou Internet n’en est pas ou n’en est plus. Et ces derniers mois ne manquent d’exemples hein, Lybie, Syrie, Tunisie piur ne citer que ces pays. Bref, très vite on voit que ces ballons peuvent donner à Google un peu plus d’envergure encore d’un point de vue géopolitique. Alors que je le rappelle, ce n’est qu’une boite.

D’ailleurs ce projet Loon compte parmi les nombreux et très ambitieux plans de Google X, le labo très très secret de Google qui veut précisément rendre le monde meilleur, comme le dit la plaquette.

Et changer le monde visiblement, c’est un peu le petit truc des geeks à millions hein, puisque pas plus tard qu’hier, Marc Zuckerberg himself, le papa de Facebook annonçait aussi vouloir faire en sorte qu’Internet soit accessible partout. Ca se bouscule donc au portillon de la e-philantropie même si, comme le rappelle perfidement un autre géant, Bill Gates:

Si vous mourez de malaria, je ne suis pas certain que ce ballon [de Google] vous aidera. Quand un enfant a la diarrhée, aucun site web ne pourra le soulager.


 

Commentaires