London, so attractive ?

Le 7-9 Mercredi 04 juin 2014

Réécoute
London, so attractive ?
Au sommaire, on part pour Londres un coup de fil à un ramasseur de balles de Roland-Garros et les "Causes Perdues" de Jean-Mathieu Pernin

Ici Londres, les français parlent aux français...

"London Calling". Londres vous appelle et vous attire ! C'est apparemment la ville la plus attractive du monde si l'on en croit le résultat du classement « Cities of opportunity 2014 » réalisée par le cabinet PricewaterhouseCoopers à partir de 10 critères, notamment l'éducation, la santé, la qualité de vie, et le dynamisme économique.

                                                                 © pwc.com

 

La cité britannique arrive en tête devant New York (en tête lors du précédent classement), Singapour, Toronto, San Francisco, et Paris, qui perd deux place par rapport à l'an dernier. Des centaines de Français tentent chaque année l'aventure londonienne, ils sont déjà environ 200 000 à Londres selon l'ambassade. Le reportage de Charlotte Coutard au près de ces français qui ont choisi de devenir londoniens.

C’est quoi ta journée ?

Cyprien, 14 ans, est en classe de 4ème à Lyon. Depuis plus de 10 jours et jusqu'à dimanche prochain, il fait partie des 250 ramasseurs de balles qui oeuvrent sur le tournoi de Roland-Garros.

Durant tout le tournoi et au fur et à mesure que le tournoi avance, les ramasseurs de balle sont répartis entre les tournois de simple, de double ou encore le Trophée des Légendes, en fonction des évaluations dont ils sont l'objet chaque jour par des coachs. 

Les "meilleurs" d'entre eux ramasseront les balles des finalistes dames et messieurs, ce dont ils rêvent tous mais la sélection est drastique pour faire partie des 18 "élus".

Cyprien nous déroule son mercredi sur la terre battue de Roland-Garros.

Un lien pour survivre

Depuis huit ans, la mode des cadenas sévit à Paris et dans plusieurs capitales. On en dénombrerait 700 000 à Paris, sur une dizaine de ponts. Aujourd'hui tout amoureux en visite dans la ville de l'amour s'empresse d'accrocher un cadenas avec ses initiales à l'un des garde-corps des Ponts des Arts ou de l'Archevêché. Les bouquinistes environnant s'imposent désormais comme leurs principaux pourvoyeurs de Lovelocks.

                                                       © Flickr / vonderauvisuals

Mais les cadenas de l'amour ont leurs détracteurs. Une pétition lancée en janvier dernier rassemble plus de 6000 signatures et dénonce le vandalisme de ces cadenas qui déforme les ponts parisiens et enlaidit le patrimoine architectural. Si la ville de Paris rechigne à interdire les cadenas comme à Rome de peur de nuire à l'image romantique de la capitale, la nouvelle maire de Paris, Anne Hidalgo a déclaré malgré tout son intention de trouver des solutions. Alors que les Lovelocks pourraient être en sursis, un étudiant s'est mis en tête d'immortaliser une à une ces preuves d'amour cadenassées sur son site welovelock.com.

Le single du jour

Les chroniques du 7-9

À 8h23, retrouvez la chronique des "Causes perdues" de Jean-Mathieu Pernin

À 8h52, la chronique "Rien à voir d'Elodie Emery



Retrouvez tous les jours la Matinale du Mouv', de 7h à 9h, présentée par François Sauvestre et Aurélie Champagne, et laissez vos commentaires en direct sur Facebook et Twitter (#7a9lemouv).

>Toutes les émissions sont disponibles par ici.

> Et abonnez-vous au podcast, RSS et I-tunes.

Illustration de couverture : ©

Commentaires