Literotica

Les lectures Jeudi 07 août 2014

Réécoute
Dernières diffusions
21/08/14 WeLoveWords
19/08/14 Twittérature
Literotica
Sous couvert de fictions sexuelles, literotica.com torpille la langue française, le principe du porno et de la dignité humaine. Dézinguage.

AVERTISSEMENT : literotica.com est interdit aux moins de 18 ans.
AVERTISSEMENT : literotica.com est fortement déconseillé aux personnes sensibles à la beauté du Verbe.

#1 : Le design

 

Entre la typo Verdana, les hyperliens bleu majorelle, le fond d’écran labellisé et l’arborescence digne des pires échecs de MultiMania, Literotica.com n’a même pas le charme du porno vintage.

Engoncé dans des normes archaïques, trahi par les atours revêches du forum informatique, le site décourage le lecteur dès sa page d’accueil.

#2 : Les mots clés

Literotica.com n’a rien compris au #trashtag.

A côté des traditionnels #Anal ou #BDSM, on trouve quelques insanités :

« Accouplement érotique » est sous-titré « sexe orageux consensuel, à deux. » Orageux et consensuel dans la même phrase, on appelle ça un oxymore.

« Horreur Erotique » table sur le « bizzare, choquant, effrayant et des fois sexy ».On a enfin trouvé moins appétissant que les émissions culinaires d’M6.

Les « épouses affectueuses », florilège de « contes de femmes mariées aventureuses & leurs copains ». C’est peut-être un oxymore, c’est surtout super super réac.

 

On pensait toucher le fond en cliquant sur « Idylle », «lumière de chandelles, vin et un doux baiser », mais les « Jouets érotiques et masturbation », a.k.a « légumes fonctionnant avec des piles » l’emportent haut la main.

#3 : L’hérésie

Plus qu’un mot clé, c’est une rubrique : POESIE.

Les lacs du Connemara sont plus érogènes que les vagissements pseudo-lyriques des contributeurs du site.

Une Olà toute spéciale pour « Litanie pour la Tous-Seins », son gimmick latin et son conseil de lecture : 

Cette litanie est à réciter (mentalement) pour la fête de la Tous-seins, c'est-à-dire tous les jours de chaleur où émergent les seins.


#4 : Le massacre

La page d’accueil de literotica.com arbore fièrement huit drapeaux clicables, soit huit langues à choix.
Difficile de croire qu’ils en maîtrisent aucune… La faute aux traductions hatives ou à la désertion sanguine des zones cérébrales, le résultat – en français – est criminel : 


« Il lui indiquât juste qu'ils pourraient parler lorsqu'il aura finit et continuât son cours, avant de guider Lila jusqu'a son bureau »
, lit-on dans Ecole de dressage.

Les boulards ne sont pas connus pour la qualioté des scénarios, ni pour la finesse des dialogues. Literotica, en dépit de la promesse de son titre, ne relève pas le niveau : 

Honnêtement, lorsque j'ai eu l'idée d'une randonnée à travers bois pour rejoindre la cabane isolée, où j'avais l'intention de me payer du bon temps avec ma pute, je ne pensais pas en chier autant.


 

Ok, il existe des exceptions :

Son bikini me permit de contempler son opulente maturité. La tonicité évidente de son corps sportif s'enveloppait du charme moelleux de la quarantaine, qu'elle portait dans un troublant épanouissement.


#5 : Le malaise

Le malaise, c’est quand on clique sur « Les plus lues ». Sur les dix premiers résultats, neuf concernent des histoires d’inceste. Ok, les fantasmes ne reflètent pas nécessairement des pulsions IRL. Mais quand même : Dérapage en famille, Ma douche avec mon fils Adieu mon fils...

#6 : L’ovni

 

Il existe une anthologie papier (épuisée) des meilleurs textes de literotica.

 

Cette anthologie est postfacée par William T. Vollmann, un très respectable auteur, pornophile certes, mais respectable. Un bon point pour eux.

 

 

 

 

#7 : Conclusion

Ce n’est pas parce qu’on aime lire du cul qu’il faut manger de la m****.

Si vous aimez les scènes frivoles, suggestives ou pornographiques, commencez-donc par là (liste non-exhaustive) :

9 Semaines et demi, Elizabeth Mcneill, Ed. Diable Vauvert

Sexus, Henry Miller, Ed. Livre de Poche

Vénus Erotica, Anaïs Nin, Ed. Livre de Poche

Plateforme, de Michel Houellebecq

Anthologie de la bande dessinée érotique, Vincent Bernière, Beaux Arts Editions

Paradoxia, Lydia Lunch, Editions Diable Vauvert

Et vous, quel est le livre qui vous fait grimper au rideau ?


 

Photo : Salomé Kiner

Retrouvez toutes les chroniques de Salomé Kiner

Suivre Salomé Kiner sur Twitter

Abonnez-vous au podcast : RSS et iTunes

Commentaires