Lisbonne #5 : la nuit nous appartient

Mouv'In Europe (2014-2015) Vendredi 14 août 2015

Réécoute
Lisbonne #5 : la nuit nous appartient
Réputée pour son architecture et sa gastronomie, la capitale portugaise est aussi un aimant à fêtards. Avec ses troquets de quartiers, ses bars à ambiance et ses clubs branchés, la nuit lisboète est très prisée de la jeunesse européenne.

A Lisbonne, comme partout ailleurs, une soirée commence toujours par l'apéro. Dans la ville aux sept collines, on trouve toujours un belvédère, l'endroit idéal pour prendre un verre avec vue panoramique sur Lisbonne.

Tiago connait la ville comme sa poche. Avec Luis, franco-portugais, il nous emmène d'abord au Park, un parking dont le dernier étage a été tranformé en rooftop.

Tiago, Luis et Lisbonne en toile de fond © Sébastien Sabiron


L'apéro est léger, car il faut aller dîner, un incontournable des soirées lisboètes, comme nous le précise Tiago :

 On ne boit pas trop avant le dîner. Un petit apéro, ça va, mais pas plus. Il faut manger. Ici, c'est une religion.



On s'exporte donc vers le Mercado da Ribeira, le "Marché de la rivière", le long du Tage. 

 

Le Mercado da Ribeira © Sébastien Sabiron


Investi par Time Out, magazine londonien lifestyle et fooding, ce marché couvert est pris d'assaut tous les soirs par la jeunesse lisboète. On y déguste sur le pouce des plats proposés parfois par de grands chefs, à un tarif abordable. Ouvert jusqu'à minuit, idéal pour les pré-soirées entre amis.

Le marché est situé à proximité du quartier Caïs do Sodre, devenu le lieu de sortie privilégié des jeunes lisboètes. Ils sont de plus en plus nombreux à faire l'impasse sur le légendaire Bairro Alto, avec ses minuscules troquets et ses rues en pente. 

Le Bairro Alto, fréquenté essentiellement par les touristes et les erasmus © Sébastien Sabiron


Ancien quartier chaud où se mélangeaient marins et prostituées, le Cais do Sodré a été toiletté, investi par des bars branchés, qui tentent de conserver l'esprit "canaille" du lieu. Son centre névralgique : la "Rue Rose", dont l’asphalte a été littéralement repeint en rose en référence à son passé de quartier rouge.

La "Rue Rose", ancien quartier rouge © Sébastien Sabiron


Le long de la rue rose, les fêtards ont le choix entre des établissements aux noms évocateurs : Velha Senhora ("La vieille dame", un cabaret burlesque), Puta Fina ("Pute snob") ou encore Pensão Amor, la "Pension amour", une ancienne maison close transformée en bar de nuit. 

Dans l'entrée de la "Pensao Amor" © Sébastien Sabiron


En plus de la piste de danse, la Pensao Amor propose une bibliothèque érotique et une boutique de sextoys, dans une ambiance bon enfant et un décor rappelant les maisons de courtoisie du XIX ème siècle. Dans la rue à proximité, de vraies prostitués attendent le client, un peu perdues au milieu des grappes de jeunes anglais avinés.

Ces dernières années, sous la pression touristique, la nuit lisboète s'est un peu embourgeoisée. Les prix ont augmenté et les clubs branchés ont remplacé certains troquets. Mais si Lisbonne a sans doute perdu un peu de son authenticité, la vie nocturne reste encore conviviale et bon marché. Avec ce grain de folie que Paris a perdu depuis quelques années.

 


 

Reportage, photos : Sébastien Sabiron
Retrouvez ici notre road-tweet à Lisbonne

Commentaires