Lippie

Rodéo sur Le Mouv' Mercredi 01 août 2012

Réécoute
Dernières diffusions
07/01/14 Newcomers
06/01/14 Black Yaya
Lippie
Nico Prat reçoit aujourd'hui la chanteuse Lippie.

Laura Peinetti, dit Lippie - vient d'achever un grand disque : « An imaginary truth ». Un album beau, fragile, direct, truffé de mélodies immédiates. Un truc avec du pouvoir. Un geste sorcier. Désarmant d'honnêteté. On lui dit tout ça d'une traite tandis qu'elle écoute, attentive, sans grimper aux rideaux pour autant : « Franchement, pour moi, c'était on l'enregistre et une fois fait, eh bien, à mardi ! ». La franchise, Lippie l'a vissée au corps. Des années à écumer les salles en solo avec guitare, pédale-sample et cette voix jamais préoccupée par le beau, plutôt par « le déséquilibre » et les « situations accidentelles », ça vous pose un personnage. Trois années plus tard, le concours Paris Jeunes Talents la distingue, bourse à la clé. Elle grave un six titres, accompagne Mademoiselle K en tournée, côtoie la clique Black & White Skins (CocoRosie, Spleen, etc.)... On la presse d'enregistrer un album. A dix jours de s'y coller avec une première équipe, on lui présente l'ex Fugees John Forté. « J'adorai un de ses titres récents. On est devenu amis très vite. Dix jours plus tard je lui proposais de produire mon disque ». On savait l'Américain habile. On le découvre subtile dans son choix de l'épure pour sublimer « An imaginary truth ». Un disque low-fi par essence où la démesure et la frime sont ici corps étrangers. « John a commencé par créer les fondations rythmiques de l'album, raconte Lippie. En un mois, on s'est retrouvé avec une base solide. Entre-temps j'avais laissé tombé mes reflexes de control freak ». Pas son parlé « anglais » décomplexé. Débutait une collaboration « à quatre mains » avec Forté sur l'écriture du bluesy « Little things » ou de l'inquiet « Killing world », s'entendant avec lui sur le choix de rares instruments additionnels. Ainsi cuivres sobres sur le post-Motown « Little world ». Piano sur l'aérien « First wave of underground ». Le résultat ? Bouleversant. Déchirant, souvent. Généreux aussi.

source : becauseeditions.tv

becauseeditions.tv
Tags

Commentaires