Liars : la fin du monde en dansant

Docteur Beat Mercredi 30 avril 2014

Réécoute
Liars : la fin du monde en dansant
Tous les mercredis à 20h45 dans Hashtag Le Mouv' d'Emilie Mazoyer, Docteur Beat passe au scanner toute l’actualité de la musique électronique et du clubbing. Cette semaine, Mess, l'album fou-dinguo du groupe Liars.

Liars viennent foutre le bordel, et on aime ça

Quand ils sont apparus au début des années 2000 en même temps que toute la scène dance-punk américaine (The Rapture, !!!) Liars annonçaient déjà la couleur. Le titre de leur 1er album était un authentique manifeste punk, anti-système et rebelle à souhait : They threw us all in a trench and stuck a momument on top.

Ils nous ont balancé dans une tranchée et ont collé un monument dessus !

Aujourd'hui ils semblent toujours bien décidés à foutre le bordel avec leur nouvel album, Mess.



Ce qui frappe d'abord à l'écoute de Mess c'est cette voix incroyable, burlesque, autant capable de grandes envolées en falsetto que de râles caverneux. Angus Andrew c'est Marilyn Manson qui aurait troqué son look gothique contre un habit de clown à paillettes. Liars fait un disco grotesque saupoudré de touches métal voire carrément indus.

 


 

Angus a déclaré aux Inrocks : "Je suis plus influencé par ce que je n'entends pas que par ce que j'entends. S'il manque quelque chose à mon environnement c'est plus excitant d'essayer de combler".

 

 

Mess est un disque paranoïaque qui parle de l'horreur que suscite chez Angus et ses petits camarades la société de consommation et notre monde ultra-connecté. Et Los Angeles est un peu la ville symbole de ça : surabondance de choix, d'infos, de médias, de musique, d'autoroutes, qui donne le tournis et provoque chez nos trois garçons une certaine angoisse.

 

C'est la peur qui est le carburant de ce disque et pour l'affronter ils se réinventent en petits terroristes des dancefloors.

Liars sur Instagram.

 


 

> Retrouvez toutes les chroniques de Docteur Beat

> Abonnez-vous au podcast : RSS et iTunes

> Suivez Antoine Dabrowski sur Twitter : @DJPomPomBoy

Commentaires