Les webtoons, la BD numérique à la Coréenne

Pendant ce temps, à Vera Cruz Mercredi 12 mars 2014

Réécoute
Les webtoons, la BD numérique à la Coréenne
En Corée du Sud, on trouve de moins en moins de bandes dessinées en format papier dans les librairies. Les albums sont désormais publiés gratuitement en ligne, ça s'appelle des "webtoons" et c'est en train de révolutionner le secteur de la BD.

 

Avant, il y avait les toons. Ils habitaient Toonville, ou éventuellement au pays Acme. Ils nous laissaient tranquilles dans notre monde réel, avec notre chienne de vie réelle. Et puis soudain sont apparus les webtoons. Et cette fois, impossible de les contenir dans un univers parallèle. Les webtoons ont commencé à envahir la Terre, en démarrant par la Corée du Sud.

 

 

Ce mot, contraction de web et cartoon, désigne un nouveau genre de BD numérique. Dans le pays le plus connecté du monde, la BD se feuillette désormais sur écran. À Séoul, en une décennie, les rayonnages des librairies consacrés aux manhwas (mangas coréens) se sont réduits comme peau de chagrin. C'est plutôt sur les écrans des smartphones qu'il faut chercher le Dragon Ball de demain. Dans le métro, les lycéens en uniforme, penchés sur leur téléphone, font défiler du pouce, et à toute allure, contes de vampire, romances à l'eau de rose, thrillers politiques ou épopées historiques.

Une lecture numérique qui stimule l'imagination des auteurs sans sacrifier leur rémunération. Joo Hu-Min, dessinateur et scénariste de la série à succès Avec les Dieux, y voit un nouveau challenge artistique :

Je peux faire des effets de zoom ou laisser plus d'espace entre chaque image pour créer de la tension et du suspense au fur et à mesure que le lecteur fait défiler la BD. La grande différence avec les manga classiques, c'est qu'on peut même se passer de cases. Certains webtoons sont en réalité une seule très longue image.


 

Le système, pensé comme une alternative au piratage des albums papiers, attire 17 millions de lecteurs chaque mois, soit un tiers de la population du pays ! Les sites web qui les diffusent sont pris d'assaut, générant des revenus publicitaires, et permettent aux auteurs d'obtenir une juste rémunération. L'ironie, c'est que les webtoons les plus lus sont aujourd'hui imprimés par des éditeurs papiers. La boucle est bouclée.

 

Allez voir sur Webtoon Live à quoi ça ressemble. Cliquez ici.

Et toutes nos chroniques Bande Dessinée sont à retrouver par là.

 


 

Photo de couverture : Cc FlickR GoXunuReviews

Reportage : Frédéric Ojardias

Parce qu'il y a toujours un Vera Cruz à l'autre bout du monde, retrouvez l'ensemble de nos reportages en cliquant par  !

Et abonnez-vous au podcast, RRS et iTunes.


Commentaires