Les "VRP juniors" du Front National

le Reportage de la Rédaction Lundi 13 janvier 2014

Réécoute
Dernières diffusions
Les VRP Junior du Front National
A un peu plus de deux mois des municipales, nous décryptons la "stragégie jeune" du Front National. Le FN se lance à la conquête des mairies françaises avec tout un bataillon de jeunes pousses. Certains candidats sont à peine majeurs. Alors "marketing électoral" ou "vrai pari sur l'avenir" ?
Pierre Ducarne, 22 ans, maire "Bleu Marine" de Nancy ? "Pourquoi pas !" dit cet habitant © Benjamin Illy

 

Pour réecouter le reportage complet et l'analyse d'Abel Mestre, journaliste au Monde, spécialiste du FN et des groupuscules d'extrême droite, cliquez ci-dessus.

Le FN premier parti chez les jeunes. Est-ce bien vrai ? C'était le cas, il y a 12 ans, le 21 avril 2002. Jean-Marie Le Pen s'était qualifié pour le second tour de l'élection présidentielle en réunissant 16% des voix chez les 18-24 ans, faisant mieux que Jacques Chirac et Lionel Jospin. En revanche, au premier tour de la présidentielle de 2012, Marine Le Pen n'arrivait, selon les sondages, que troisième ou quatrième du vote jeune. Son score oscillant entre 15  et 19 % dans cette tranche d'âge. Mais 15 à 19 % des voix, c'est déjà un petit trésor de guerre que Marine Le Pen entend faire fructifier.

 

La jeunesse est au centre des discours de la présidente du FN, ces derniers mois. Extraits :

Lecture
 
Partager

 

Julien Rochedy, président du FNJ © Benjamin Illy

Marine Le Pen a de grandes ambitions pour la jeunesse "bleu marine", celle qui l'a rejoint sur son prénom. Des nouveaux encartés fan de la fille, beaucoup moins du père, Jean-Marie.

Marine pousse cette jeunesse au premier plan sur la photo. Des recrues chargées d'incarner le visage de la "dédiabolisation". Chargées aussi de diffuser au local, le discours du Front National. S'implanter sur le terrain, mailler le territoire, pour mieux engranger les voix à l'avenir.

La dédiabolisation, c'est l'une des missions de Julien Rochedy, le fringant président du FNJ, le Front National de la Jeunesse. Il a 25 ans, bien coiffé, bien habillé. Il se targue, depuis décembre dernier, d'être à la tête du premier mouvement politique "jeunes" de France avec 25 000 adhérents. Un chiffre invérifiable. Mais pour le prouver, il attrape son smartphone et jète à un oeil à l'audience sur les réseaux sociaux.

 

 

Julien Rochedy répond à Benjamin Illy :

Lecture
 
Partager

 

Aujourd'hui ces "VRP juniors" du Font National sont propulsés aux responsabilités. Certains militants, sur le terrain, loin des micros, les surnommes "les Philippot Boys", en référence à Florian Philippot, 32 ans, vice-président du FN, conseiller de Marine Le Pen, apôtre de la dédiabolisation et véritable boulimique médiatique, il est abonné des radios et plateaux télés. Le visage "rajeuni" du FN, c'est aussi sa stratégie.

Et cette stratégie "jeunes" se concrétise pour les municipales : 15 % des têtes de listes du "Front National" ont moins de 30 ans !

Pas sûr que l'UMP et le PS puisse avancer un tel chiffre. En même temps le FN n'a pas trop le choix : en manque de cadres chevronnés, il faut investir sur les jeunes pousses.  Ces "novices" en politique sont passés par les fameux "campus Bleu Marine". Ces formation accélérées, organisées depuis plus d'un an par le parti, sont destinées à leur transmettre les bases sur la gestion d'un budget municipal ou en matière de communication. On leur a appris notamment à faire des phrases courtes et à rédiger un communiqué de presse. Ils partent de loin...

 

Pierre Ducarne, dans son appart' d'étudiant © Benjamin Illy

 

Parmi ces bons élèves "bleu marine", il y a Pierre Ducarne, 22 ans, candidat à Nancy. Il est chargé de conquérir une ville de plus de 100 000 habitants où le FN est absent du conseil municipal depuis la fin des années 80. Un sacré défi à relever pour ce jeune étudiant en deuxième année de droit au visage poupon, qui militait il y a encore peu au sein de "République Solidaire", le mouvement de Dominique de Villepin. Ne le taxez pas d'extrême droite, il se dit plutôt de droite et de gauche.

Visite de l'appartement de Pierre Ducarne :

Lecture
 
Partager


Pierre Ducarne, ce lecteur d'Harry Potter ou d'Eric Zemmour, a des opinions bien tranchées : il est contre le principe de la parité en politique qui accessoirement lui complique la tâche pour boucler sa liste, il est opposé au mariage pour tous, mais comme Marine Le pen, il n'est pas allé manifester et regrette "les excès dans les deux camps". Il se dit scandalisé par les propos de Dieudonné mais s'élève contre l'interdiction de son spectacle au nom de la liberté d'expression.   

Pierre Ducarne, un pur produit "Bleu Marine",  mais pas Front National. Il y tient, il n'a pas sa carte au FN. Sur Jean-Marie Le Pen, Pierre Ducarne est très réservé. Il répond à Benjamin Illy :

Lecture
 
Partager
Nadine, la maquilleuse : "Un candidat jeune, ça change, hein ?!" © Benjamin Illy

 


Direction France 3 Lorraine, pour un débat entre candidats aux municipales à Nancy. En coulisses, ce n'est pas la franche camaraderie. Notamment entre Pierre Ducarne, et Mathieu Klein, le candidat PS qui refuse de lui serrer la main. Le micro du Mouv' était là pour ce moment de vérité :

Lecture
 
Partager
Sur le plateau de France 3. A gauche de la photo, Mathieu Klein, candidat PS qui refuse de serrer la main de Pierre Ducarne ©Benjamin Illy

 

Le débat dure une heure... un véritable calvaire pour le jeune candidat bleu marine. Pierre Ducarne apparaît complètement dépassé, timide, hésitant. Le pari de la jeunesse a ses limites :

Lecture
 
Partager

 

A la sortie Pierre Ducarne promet, dans un lapsus, que son projet pour Nancy "est vraiment crédible". Le candidat un peu moins ? Crédible ! Le mot est lâché et la question se pose pour ce jeune politique de 22 ans.

Heureusement, pour mars prochain, Pierre Ducarne n'a pas d'ambition démesurée. Deux ou trois élus, il s'en contentera. De toute façon Marine Le Pen, a prévenu : un millier de conseiller municipaux dans toute la France, ce serait déjà bien. Car pour le FN, la vraie bataille, ce sera en mai, avec les Européennes ! Un scrutin plus favorable aux partis protestataires.

Reportage, texte, photos : Benjamin Illy

30 secondes pour se présenter. Pierre Ducarne est à court de mot au bout de 18 secondes. Il faut que le métier rentre...© Benjamin Illy

 

Commentaires