Les vergetures s'affichent (enfin)

Rien à voir Mercredi 27 août 2014

Réécoute
Les vergetures s'affichent (enfin)
Sur Internet, les corps imparfaits se montrent, et s'assument.

 

Je voudrais parler de ce qui constitue tout à la fois l'un des plus gros tabou de notre société mais aussi la plus grande injustice de ce monde. J'ai nommé le gros cul. La cellulite, les vergetures, les capitons, le cuissot valloné façon skate park, la bonne vieille grosse culotte de cheval... Pas la petite culotte de cheval inoffensive de poney shetland. Nan, la vraie culotte de cheval de trait qui laisse peu de place au doute.

"Si tu n'as pas de cellulite, c'est que tu es une table basse"

C'est un fait: nous sommes toutes pourvues de peau d'orange. 9 femmes sur dix ont ou développeront de la cellulite un jour. C'est automatique, tu nais femme, tu auras de la cellulite. Si tu n'as pas de cellulite, c'est que tu es une table basse.

Ou alors une Miss météo de la chaine cryptée dont la croissance s'est arrêté à 9 ans, et qui pour conserver ce corps famélique a une astuce régime infaillible: se nourrir uniquement les années bisextiles.

Et c'est là, la première enculade de la vie: le corps de la femme contient environ deux fois plus de cellules adipeuses que celui de l’homme, soit deux fois plus de gras. C'est à dire que non seulement, on gagne moins d'argent, on est moins bien considérées dans l'entreprise, notre taux de chômage est supérieur, notre temps dévolu aux tâches ménagères est supérieur... mais en plus, c'est nous qui fatons du cul.

Alors que quand on regarde bien, depuis la disparition du service militaire, le seul truc génétiquement compliqué à gérer quand on est un homme, le seul challenge, c'est de pisser droit.

Le tabou du gras

Voilà pour l'injustice. Pour ce qui est du tabou, il convient d'abord de relever une énorme contradiction. Aujourd'hui, le gras est partout. On n'a jamais autant parlé de bouffe que depuis quelques mois. A la télévision, les émission Top chef et Masterchef revisitent régulièrement le cassoulet en y ajoutant du gras. Sur Instagram, des milliers de clichés de bouffe sont publiés chaque jour, et ce sont des photos de gras. La restauration rapide surfe sur la vague du gras en proposant des camions à burger, à boulettes, à kebabs, à pizza. Et pour autant: le gras doit toujours se planquer.

Sur les couvertures de magazines féminins par exemple, point de fille normale mais une meuf qui a probablement pris son dernier repas in utero.

Autre preuve, que le gras, c'est caca, Il y a quelque mois, le site de ciné Première commettait un article immonde qui fustigeait les rondeurs de l'actrice américaine Olivia wilde qui venait à peine d'accoucher quelques semaines avant.

Je cite l'article qui a heureusement été supprimé depuis et qui commentait une série de photo:

On avait remarqué qu'Olivia Wilde avait changé de silhouette (…) mais de là à gonfler autant enceinte et à ne pas fondre rapidement ensuite, c’est vraiment décevant. Elle affiche de gros poteaux, espérons qu'elle se mette au sport.


 

Je sais pas pour vous, mais de mon côté, j''espère que l'auteur de l'article, qui est une fille d'ailleurs, a depuis connu les joies de la grossesse, et des varices vulvaires.

Alors, je râle mais figurez-vous que la société est un tout petit peu en train d'évoluer. J'en veux pour preuve un compte Instagram qui a été relayé par le site Madmoizelle. il s'appelle Love your lines, "Aime tes vergetures" en français. Et il compile des photos de corps de vraies femmes de la vraie vie. A savoir des corps striées de vergetures. Chaque cliché est accompagné d'un commentaire retraçant l'origine de ces vergetures en question (grossesse, prise de poids, ou juste la vie).

 

Et le but évidemment c'est de décomplexer les femmes, de les encourager à assumer leur coprs imparfait.

C'est pas la première initiative du genre: je pense notamment à la photographe Jade Beel qui a publié une série de portraits de femmes enceintes ou de jeunes mamans dont les corps portaient le stigmates de la grossesse.

Ou encore, mais alors dans un tout autre genre au site Large labia project, un Tumblr qui encourage les femmes à publier des photos de leurs vagins imparfaits. D'après l'auteur du Tumblr en question, des millions de femmes sont aujourd'hui persuadées d'avoir un vagin chelou. Et oui le diktat du corps parfait va se nicher jusque dans le slop.

Et si vous ne croyez pas à la théorie du vagin parfait, je vous conseille de taper "vulva perfume" dans google. Oui, c'est un parfum pour sexe feminin, un peu l'équivalent du sapin magique mais pour l'intimité des femmes.

Comme quoi, on n'a pas totalement le cul sorti des ronces 


> Retrouvez toutes les chroniques Rien à voir

> Abonnez-vous au podcast, RSS et iTunes

Commentaires