Les rêves de la jeunesse iranienne

Pendant ce temps, à Vera Cruz (old) Jeudi 09 octobre 2014

Réécoute
Les rêves de la jeunesse iranienne
En Iran, rien n'a changé ou presque depuis la "révolution verte" aussi appelée "révolution Twitter". Cinq ans après, les jeunes iraniens n'ont toujours pas le droit de danser, de consommer de l'alcool et les femmes de se déplacer sans voile sur la tête.

Homid (écharpe rose) et Péga (serre-tête rouge), 27 et 28 ans, ont accepté de parler à visage découvert. Ils font partie d'un groupe qui aime se réunir le week-end dans un désert du fin fond du pays, loin de Téhéran.

©Stéphane Kénéch

A bord de leur vieille Peugeot 504, ils arrivent sur un lac salé qui se transforme en piste de danse. Des cars entiers déverssent leur flot de jeunes. Garés en cercle, les véhicules camouflent tant bien que mal la "rave party" illégale. On danse sur de la techno occidentale, on consomme de l'alcool et quelques pilules.

La fête dure deux heures, pas plus. Une ivresse de quelques instants qui peut coûter une amende, des coups de fouet, la prison voire la pendaison (d'après l'ONG de défense des Droits de l'homme, Amnesty International: 704 iraniens ont été pendus en 2013).

©Stéphane Kénéch

 

Guillaume Battin


 

Parce qu'il y a toujours un Vera Cruz à l'autre bout du monde, retrouvez l'ensemble de nos reportages en cliquant par  !

Et abonnez-vous au podcast, RRS et iTunes.

Commentaires