Les réfugiés syriens relancent le hip-hop au Liban

La Pop au carré Vendredi 18 juillet 2014

Réécoute
Les réfugiés syriens relancent le hip-hop au Liban
L'enlisement de la guerre civile les oblige à rester à Beyrouth, alors de nombreux rappeurs syriens racontent aux Libanais leur conflit, leur colère et leur peine, développant du même coup la scène hip-hop locale.

 

Assasi avait 25 ans quand il a quitté Alep, sa ville natale, ravagée par les bombes. Un exil forcé, comme un million et demi de ses compatriotes, direction le Liban et Beyrouth. Deux années plus tard, la situation ne s'est pas améliorée et il habite toujours ici. Ce soir-là, l'artiste participe à une scène ouverte de hip-hop à Mar Michaël, un quartier branché de la capitale.

 

 

Dans ses textes, il évoque son quotidien et sonde une société syrienne mise en pièce. Il mixe des beats avec la musique traditionnelle de son pays. Il précise avoir beaucoup de difficultés pour trouver des studios d'enregistrement et se produire au Liban, "mais les conditions sont tout de même meilleures".

Ce même soir, il cotoie Khaïri et son groupe Lathlate. Lui vient de Damas et c'est aussi pour échapper au service militaire qu'il a fui. Il dénonce la corruption et la guerre. "C'est quelque chose que je veux faire pour avoir le sentiment d'être utile. J'espère que quelqu'un comprendra mon message."

 

 

Il aimerait maintenant rentrer à la maison. Elle n'est, après tout, qu'à une heure de vol de Beyrouth. Il aimerait revenir pour trouver une solution. Mais pour l'instant, il lui faudrait déjà trouver une solution pour revenir.

Assasi, lui, ne veut pas choisir son camp, il fustige autant le régime de Bachar el-Assad que la rébellion. "Ca m'importe peu de savoir qui prendra le pouvoir. Les deux parties ont détruit le pays. Si je ne peux pas rentrer, c'est à cause de tous."

 

Retour sur trois ans de conflit en Syrie, avec l'ensemble des reportages du Mouv'  par là.

La France essaie de lutter contre l'embrigadement jihadiste en Syrie. Pas sûr que ça marche. On en parle ici.

 


 

Chaque jour le Mouv' met la Pop au carré, reportages à écouter par ici.

Et abonnez-vous au podcast RSS et iTunes.

 


 

Photo de couverture : Cc FlickR Carlota

Reportage : Marine Vlahovic              Mise en page : Augustin Arrivé

 

Commentaires