Les portugais adorent la televisão

Pendant ce temps, à Vera Cruz (old) Lundi 09 décembre 2013

Réécoute
Les portugais  adorent la televisão
Les portugais passent des heures devant la télé, en moyenne 1h40 de plus par jour que leurs voisins européens. Un phénomène culturel amplifié par la crise. Pour les ménages modestes, le petit écran reste le meilleur moyen de se distraire gratuitement.

 

Olivier Bonamici aime passer du temps chez ses amis portugais. Et il y a toujours une télé allumée dans un coin de la pièce. Explications en cliquant ci-dessus.

Cinq heures et demie. C'est le temps qu'un(e) portugais(e) passe en moyenne chaque jour devant la télé. Plus que la moyenne européenne (3h50), et même plus que les américains (4h45), pendant longtemps champions indétrônables de la discipline.

Cet amour sans bornes pour le petit écran trouve son origine dans les années 70, avant la Révolution des Œillets. A l'époque, la télé était le seul moyen de rester informé pour une majorité de portugais. Elle est devenue une sorte d'objet totem qu'un enfant sur deux possède dans sa chambre.

Confort moderne (cc) meglet127
    

Aujourd'hui, les sociologues établissent un lien direct entre les habitudes de consommation télévisuelle et la crise économique. Dans le pays, le chômage bat des records et le parlement vient à nouveau de voter l'austérité, pour la troisième fois consécutive. L'offre culturelle se réduit, le pouvoir d'achat des familles aussi. Alors pour passer le temps, les portugais se retrouvent en tête à tête avec leur écran, un moyen économique de se divertir.

Une situation qui fait le bonheur des producteurs télé, jamais avares de concepts débiles, mais qui inquiète les nutritionnistes. Près de six portugais sur dix connaissent des problèmes d'obésité.

Reportage pour le Mouv' signé Olivier Bonamici, correspondant du Mouv' à Lisbonne.

Illustration de couverture : (cc) vcheregati

Parce qu'il y a toujours un Vera Cruz à l'autre bout du monde, retrouvez l'ensemble de nos reportages en cliquant par  !

Et abonnez vous au podcast, RRS et iTunes.


Commentaires