Les politiques en toc et en tic

Plan B (best of) Mercredi 18 avril 2012

Réécoute
Les politiques en toc et en tic
Frédéric Bonnaud reçoit Marie Treps pour La rançon de la gloire et Frédéric Pommier pour

La rançon de la gloire, un livre de Marie Treps, publié aux éditions du Seuil.

« Chichi », « Petit Papa Lionel », « Zapatera », « Le Che », « Tonton », « Calamity MAM », « La Porsche tranquille », « Bayroudoudou », « Courage Fillon », « Copé-collé »… Vous les aurez reconnus. Les politiques sont aujourd’hui aux premières loges quand il s’agit de se faire épingler d’un surnom. Attribués à ceux qui pèsent ou ont pesé sur notre destin, ces surnoms, des plus aimables aux plus féroces, reflètent des courants de sympathie ou cristallisent des conflits d’opinion, des querelles intestines, voire des haines. Aussi fantaisiste soit-il, le surnom ne doit rien au hasard. Il peut être inspiré par une particularité physique, un trait de caractère, ou imaginé en mémoire de tel ou tel événement marquant d’une carrière ? une simple anecdote peut parfois suffire à sceller un sobriquet. Pour Marie Treps, la réjouissante pratique du surnom révèle le besoin, humain trop humain, de ramener ceux que nous avons placés sur le piédestal de la célébrité dans notre petite sphère, celle des gens comme tout le monde. Linguiste et sémiologue, chercheur au CNRS, Marie Treps est notamment l’auteur des Mots voyageurs. Petite histoire du français venu d’ailleurs (Seuil, 2003) et des Mots migrateurs. Les tribulations du français en Europe (Seuil, 2009).

Mots en toc et formules en tic, un livre de Frédéric Pommier publié au Seuil.

« Incontournable », « juste », « j’ai envie de rebondir », « c’est clair », « que du bonheur », « tout à fait », « c’est énorme », « j’adooore » ! Nous sommes tous affectés par des tics de langage qui se propagent comme les virus et les épidémies. Certains sont d’ailleurs gravement atteints ? les journalistes, l’auteur lui-même, mais aussi sa cousine, son copain marseillais ou encore sa voisine au caniche abricot… Frédéric Pommier choisit toutefois de sourire de ces expressions toutes faites (et souvent mal faites), en pointant l’un des principaux canaux de contamination, la télévision. Alternant ironie, humour et absurde, il analyse les symptômes et propose son diagnostic. Un livre « improbable », « décalé », « surréaliste », « hallucinant »... « Incontournable », en somme. « Juste » incontournable.

Journaliste à France Inter depuis 2001, Frédéric Pommier a présenté les journaux, puis couvert durant plusieurs années l’actualité politique, avant de se voir confier la revue de presse. Aujourd’hui chroniqueur dans différentes émissions, il s’amuse notamment à décrypter les tics du langage médiatique. C’est de ce jeu-là qu’est né cet ouvrage.

Commentaires