Les parcs d'attractions font-ils encore rêver ?

le Reportage de la Rédaction Vendredi 08 août 2014

Réécoute
Dernières diffusions
Les parcs d'attractions font-ils encore rêver ?
Le secteur des parcs d'attractions est en pleine déprime : Disneyland Paris a publié mardi de mauvais chiffres de fréquentation. Le parc Astérix et le Futuroscope s'écroulent aussi. Pourtant, on continue d'investir et d'ouvrir de nouveaux manèges.

 

Si on se focalise sur le positif, on peut se rassurer en constatant que le Puy du Fou, sacré meilleur parc au monde en 2012, affiche une hausse d'entrées de 8% l'an dernier. On peut se satisfaire de la barre du million de visiteurs franchie la semaine par l'attraction "Les yeux grands fermés" du Futuroscope. Ou bien crier notre joie face au mince +3% de tickets vendus au Marineland d'Antibes.

Ce serait pourtant oublier tout le reste. Mardi soir, Disney a publié les chiffres de fréquentation de ses parcs de Marne-la-Vallée, et ils ne sont pas bons. Moins 4% au 2e trimestre 2014, après une baisse de 7% l'année d'avant. Même chose au parc Astérix : -6,8% en 2013. Quant au Futuroscope, il compte sur son attraction "Lapins Crétins", ouverte en décembre, pour remonter la pente (-14% d'entrées en un an).

 

Les Lapins crétins au Futuroscope/ capture d'écran YouTube © Futuroscope

 

Le secteur des parcs d'attraction est-il en voie d'extinction ? La question est légitime, mais Jérome Giacomoni a son avis là-dessus, et il n'est pas du tout d'accord. Le contraire serait étonnant : il a ouvert le 1er juillet le Parc du Petit Prince, à Ungersheim, dans le Haut-Rhin :

Les parcs sont un peu comme les films. Personne n'aurait imaginé que Qu'est-ce qu'on a fait au bon dieu attire 10 millions de spectateurs, et certaines superproductions américaines se plantent complètement. La clé, c'est le storytelling : une journée au parc doit suivre un bon scénario, il faut raconter une bonne histoire.


 

Son histoire à lui est pleine de rêve et de douceur : des ballons à air chaud qui vous élèvent à 35 mètres du sol pour siroter un verre dans l'aérobar, ou bien une animalerie pour rencontrer le renard et le mouton du Petit Prince. "On s'adresse aux enfants de 2 à 12 ans, ça ne fait pas crac-boum-hue, c'est beaucoup plus poétique." Il se différencie ainsi du gigantisme d'EuropaPark, à 100 kilomètres de là.

Sur ce site d'Ungersheim, un précédent parc, le Bioscope, avait fini par fermer en 2012. Mais Jérôme Giacomoni, dont l'entreprise fabrique des aéronefs depuis des dizaines d'années, est persuadé que le personnage d'Antoine de St-Exupéry est l'ambassadeur idéal pour transmettre sa passion. Le premier mois d'exploitation lui donne raison : déjà 30.000 visiteurs.

 

 

Jean-Patrick Demonsang est beaucoup plus pragmatique. "La clé, c'est l'emplacement." Justement, cet actionnaire, venu du monde des fonds d'investissement, entamera à la rentrée le chantier d'un tout nouveau Parc Spirou, à Monteux, près d'Avignon, dans le Vaucluse. "On est sur l'autoroute A7, sur laquelle plus de 60 millions de touristes s'arrêtent chaque année." La gare d'Avignon-TGV devrait également ramener du monde. Il ouvrira en mars 2016 et vise 500.000 entrées la première année.

Il ne craint pas le marasme économique de ses concurrents. D'ailleurs, ce ne sont pas des concurrents puisqu'ils ne sont pas du tout situés dans le même secteur géographique. La vallée du Rhône brasse aussi des touristes venus des Pays Bas, d'Allemagne ou de Belgique (il appelle ça une "zone de chalandise"), or, comme il le rappelle, "Spirou est un personnage sympathique bien connu en Europe du Nord". Et pour capter le public le plus large, il a opté pour des attractions "familiales".

 

La statue du maire de Champignac trônera au milieu du parc © Parc Spirou S.A.S.

 

Il se pourrait bien que, malgré la crise, ces deux visions des parcs d'attractions puissent fonctionner. C'est tout ce qu'on leur souhaite en tout cas. Jérôme Giacomoni cite Saint-Exupéry : "Toutes les grandes personnes ont été un jour des enfants mais peu d'entre elles s'en souviennent." Nous promettons de nous replonger dans nos souvenirs.

 

Et un petit quiz Spirou, ça vous tente ? Jouez ici.

 


 

Les choix actu du Mouv', c'est tous les jours dans le Reportage de la Rédaction.

Et abonnez-vous au podcast RSS et iTunes.

 


 

Photo de couverture : capture d'écran d'un reportage © France 3 sur le Parc du Petit Prince

Reportage : Augustin Arrivé

 

Commentaires