Les notifs sont le nouveau spam

L'actualité numérique Vendredi 27 juin 2014

Réécoute
Les notifs sont le nouveau spam
Google va mettre en place un filtrage des notifications, signe qu'il y en a désormais beaucoup trop.

Mercredi se tenait la grande conférence i/o 2014 de Google qui a fait un certain nombre d’annonce, dont une refonte totale du système de notifications d’Android. Dit comme ça, ça a l’air assez banal. Chaque nouveau système iOS ou Android revoit le système de notifications.

Mais Google a été un peu plus loin que d’habitude en annonçant que les notifications seraient maintenant filtrées, et que les plus importantes seraient mises en avant.

Ça ne vous rappelle rien ? Le fameux news feed Facebook, cet algorithme qui détermine au sein de tous les statuts que poste vos amis qu’est ce qui est digne d’être affiché sur votre page d’accueil Facebook.

Google va donc lui aussi créer un algorithme pour décider lesquelles de vos notifications sont les plus importantes.

Cette décision confirme ce qu’on avait déjà pressenti : les notifications sont de moins en moins des alertes destinées à nous faciliter la vie, mais ressemblent de plus en plus à des spams !

Trop de notifications tue la notification

Il y a aujourd’hui beaucoup trop de notifications. Chaque appli (ou presque) que vous installez sur votre téléphone vous en envoie plusieurs par jour !

Auparavant, les notifications étaient indispensables. La notification la plus élémentaire est bien connue, et elle existe depuis très longtemps, c’est le coup de téléphone !

Aujourd’hui, le téléphone sonne pour tout et n’importe quoi : une mention sur Twitter, un like sur Instagram, un but lors de Belgique - Corée du Sud à la Coupe du Monde... Le plus aberrant est les notifications partent même quand il ne se passe rien : Runkeeper, l’appli de running, m’envoie une notif’ “Hey, il faut se bouger !” si j’oublie de courir pendant une semaine.

Les notifications, qui étaient au départ une alerte, sont devenus si banales qu'on n'y prête même plus attention, avec le risque de rater une notif vraiment importante.

 

C’est un peu comme le phénomène bien connu des alarmes incendie au collège, où il y a tellement de fausses alarmes qui sonnent qu’on ne prend même plus la peine de sortir de la salle. Google, pour qu’on pense à sortir de la salle le jour où il y a vraiment un incendie, a dû réagir et prioriser ses notifs.

Google a aussi dévoilé mercredi la première montre connectée tournant sous son nouveau système Android Wear, spécialement conçu pour les montres. C’est intéressant parce que cette montre ne sert pratiquement qu’à afficher les notifications de notre smartphone ! Comme si on en avait déjà pas assez !

Avec les montres connectées, les notifications ont remplacé le contenu. On ne va plus sur une appli, encore moins sur un site web, on est juste abonné à nos propres vies et notre poignet vibre dès qu’il se passe le moindre micro-événement dans nos vies.

On est passé d’un web passif qu’il faut aller consulter, à un web actif qui vient à nous avec les notifications, et qui nous enchaîne un peu à lui, nous obligeant à être tout le temps en alerte.

Avec les smartphones, les applications avaient un peu remplacé les sites web, aujourd’hui, on passe à l’étape suivante : les notifications tendent doucement à remplacer les applis.

D’ailleurs, les notifications sont de plus en plus interactives: on peut répondre directement à un SMS dans la notif, ou accepter une demande d’amitié Facebook.

Le meilleur exemple de ce nouveau règne de la notif, c’est le succès de Yo, cette appli qui ne permet que d’envoyer un Yo. Yo est une appli qui n’est plus que notification : on reçoit juste la notif’ du Yo, rien de plus.

 


 

> Retrouvez toute L'actualité numérique

> Abonnez-vous au podcast RSS et iTunes

> Retrouvez Vincent Glad sur Twitter

Photo d'illustration : Spam wall ©freezelight / Flickr 

Commentaires