Les méprisés de la francophonie

le Reportage de la Rédaction Mardi 13 août 2013

Réécoute
Dernières diffusions
Les méprisés de la francophonie
Ils enseignent le français aux étrangers, ici ou ailleurs. Mais ils sont souvent précaires, mal payés et s'estiment mal considérés. Sur le terrain, les artisans de la francophonie ont le blues.

 

Delphine Martin, de la rédac' du Mouv', est allée reprendre quelques cours. Ce n'était pas du luxe. Ecoutez son reportage en cliquant ci-dessus.

 

La francophonie : ce beau projet ! Tous les gouvernements en font une priorité culturelle, tous les présidents disent vouloir encourager l'apprentissage du français à l'étranger, pour faire rayonner la culture française au-delà de nos frontières

 

La francophonie en quelques chiffres © AFP

 

Sauf que dans les salles de classes, à l'étranger et parfois aussi en France, ceux qu'on appelle les professeurs de "Français Langue Etrangère" se sentent traités comme des amateurs.

 

C'est la haute saison pour les cours de français

En ce moment, les cours de français font le plein ! C'est le cas par exemple du groupe France Langue, qui possède cinq écoles, dont deux à Paris. Et qui accueille plus de 5.000 élèves par an. Des étudiants ou des touristes. Des Italiens, des Russes, des Japonais... Souvent, ils se forment car ils veulent se lancer dans des filières prestigieuses et "très françaises" comme la cuisine, la mode, le vin...

 

Les écoles privées et le réseau des alliances françaises sont les plus gros employeurs du secteur. Il y a des CDI, mais ce sont, en grande majorité, des emplois précaires et souvent mal payés. A l'étranger, ce n'est pas beaucoup plus rose ! Les professeurs de français travaillent généralement en contrat local, et rarement plus de deux ans au même endroit. Et ils sont nombreux à abandonner.

 

Pourtant, enseigner le français, c'est un métier, comme le montrent les aventures de Joey de la série Friends :

Extrait de Episode 3, Saison 10 de Friends © NBC

 

Commentaires