"Les forçats de la route"

Retour sur cent Tours Mercredi 17 juillet 2013

Réécoute
Dernières diffusions
"Les forçats de la route"
C'est un article écrit sur un coin de table, mais vraiment sur un coin de table, dans un café, à Coutances, en Normandie, au milieu de l'étape Cherbourg-Brest du Tour 1924. Trois cyclistes viennent d'abandonner la course. Ils l'expliquent à Albert Londres.

 

"Impossible de gagner sans dopage." C'est Lance Armstrong qui l'affirme. Un entretien au Monde le 27 juin dernier. Mais Henri Pélissier ne disait pas autre chose, le 26 juin 1924, en se confiant au journaliste du Petit Parisien, un certain Albert Londres. Et Pélissier aussi connaissait son domaine : c'est lui qui avait remporter le Tour 1923.

 

La rencontre au Café de la Gare de Coutances © Le Petit Parisien

 

Son article s'appelle "L'abandon des Pélissier ou les martyrs de la route". Il sera rebaptisé plus tard "Les forçats de la route". Les Pélissier, ce sont donc Henri, mais aussi son frère Francis, triple champion de France sur route. Ce jour-là, ils sont attablés avec un troisième cycliste démissionnaire, Maurice Ville.

 

Ils en ont ras-le-bol du règlement très strict imposé par les organisateurs, et comme ils savent qu'ils ne gagneront pas cette édition-là (l'Italien Ottavio Bottecchia a déjà une large avance au général), ils décident de cracher leur venin. "Vous savez à quoi on marche?", démarre Henri. Et ils sortent devant le reporter tous leurs médocs, pilules, chloroforme et cocaïne.

 

Les forçats de la route, spectacle de Manuel Weber d'après Albert Londres © La Véloce

 

"La viande de notre corps, explique Francis, ne tient plus à notre squelette." Les révélations feront sensation. Le public se doutait que ces héros souffraient, mais certainement pas à ce point. Le directeur du Tour, Henri Desgranges, répondra dans le journal concurrent : "Quels sont ces forçats ? Deux coureurs qui se sont mal préparés et qui se sentent battus." Pan ! Dans les dents !

 

Pour rouler sur le compte twitter d'Augustin Arrivé, pédalez ici : @joel_kienast

 

Et retrouvez d'autres histoires du Tour sur lemouv.fr

 

Commentaires