Les booktubers argentins tiennent salon sur le web

Pendant ce temps, à Vera Cruz (old) Mardi 23 septembre 2014

Réécoute
Les booktubers argentins tiennent salon sur le web
Des adolescents argentins mettent en scène leurs critiques littéraires sur Youtube, un phénomène né aux États-Unis, qui s'étend à l'Amérique Latine. Et dépasse le cadre du web.

Internet est formidable. On connaissait les testeurs de jeux vidéos sur YouTube, voici venir les critiques littéraires face webcam. Les critiques en question ne fument pas la pipe, ne portent pas de veste en tweed ni de grosses lunettes. Ces "booktubers" ont entre 15 et 30 ans et une seule ambition : partager leur passion de la lecture.


Considérés comme l'un des pionniers argentins du booktubing, Matias (vidéo ci-dessus) a commencé à lire à 11 ans avec Harry Potter. Aujourd'hui, il en a 17, anime un blog littéraire et dévore jusqu'à 7 livres par mois. Une véritable passion, qui lui permet de s'épanouir au quotidien.

Ça t’apporte beaucoup. Tu écris mieux, tu t’exprimes mieux. D’ailleurs, au lycée, je vois que j’ai parfois moins de mal à présenter un exposé oral par exemple, que d’ autres qui ne lisent pas. Au niveau de la communication aussi, je me corrige, je m’améliore après chaque vidéo.



Plus extravagant que Matias, Federico s'est lancé dans le booktubing il y a un an et demi. En plus de son blog, aussi publie ses critiques sur YouTube. Il n'a pas peur de démonter totalement un livre qu'il n'a pas aimé.


Grace à ses vidéos, Federico est invité dans les salons littéraires, interrogé par les journaux et compte pas mal de fans en ligne. Un phénomène qu'il attribue à la liberté de ton des critiques amateurs argentins :

On peut dire devant la caméra que ce livre est nul, qu’il ne nous a pas du tout plu, contrairement à d’autres pays, qui font plus attention à ça. Mais ici, on exprime tous nos sentiments, avec des mimiques..  je crois que ça a aidé au boom des vidéos qui sont devenues assez connues en si peu de temps.



A l'image des blogueurs mode ou high tech ces dernières années, les jeunes booktubers sont de plus en plus courtisés par les éditeurs, qui voient en eux des prescripteurs efficaces dès lors que les vidéos deviennent virales.

Reportage signé Caroline Vicq / Edition : Sébastien Sabiron.

 


 

Parce qu'il y a toujours un Vera Cruz à l'autre bout du monde, retrouvez l'ensemble de nos reportages en cliquant par  !

Et abonnez-vous au podcast, RRS et iTunes.

Commentaires