Leipzig, le nouveau Berlin ?

Pendant ce temps, à Vera Cruz (old) Lundi 10 novembre 2014

Réécoute
Leipzig, le nouveau Berlin ?
Ce week-end, Berlin fêtait les 25 ans de la chute du mur. De plus en plus riche, la capitale allemande est aussi de moins en moins sexy. Plus au sud, Leipzig offre une alternative aux jeunes et aux artistes fauchés. Pas chère, cool et arty, la plus grande ville de Saxe se montre à la hauteur de son nouveau surnom : "Hypezig".

On a beaucoup parlé ici même de la "gentrification" qui grignote Berlin. Haut lieu de la contre-culture à la fin du XX ème siècle, la capitale allemande ressemble de plus en plus à d'autres capitales européennes : de moins en moins destroy et de plus en plus chère.

Ceux qui veulent retrouver l'ambiance des nuits interlopes berlinoises peuvent compter sur son nouvel outsider : Leipzig.

L'architecture a été épargnée par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale / CC Flickr Polybert 49

25 ans après la fin de la RDA, la plus grande ville de Saxe est redevenue une métropole attirante et dynamique. Ici, le rattrapage Est-Ouest a fait son œuvre. La ville est jeune, branchée, alternative. Florian est musicien de rue :

J'ai grandi à Berlin Ouest. Je suis technicien, mais j'essaie de vivre principalement de la musique. [...] Leipzig est une ville où les loyers ne sont pas chers, où plein de jeunes viennent faire leurs études. Contrairement à Berlin, la ville est à taille humaine, les gens sont sympas, pas de stress, c'est cool.


Des musiciens de rue tous les 30 m / CC Flickr Maciej Bilas

A la chute du Mur, Leipzig a perdu 30.000 habitants en quelques années et la ville est devenue un immense chantier. Aujourd'hui, sa renaissance est visible à chaque coin de rue, sur les façades rénovées des immeubles, dans les centres commerciaux flambants neufs. Dirk Lemmel y est architecte :
 
Dans les années 90, il y a eu un énorme un boom de l’immobilier. Les anciens Länder de l’Ouest ont investi énormément d’argent pour la rénovation du centre. Ensuite, on s’est rendu compte qu’il n’y avait pas assez d’habitants pour tous ces nouveaux logements. [...] Ça a commencé à se savoir en Allemagne que la vie n’était pas chère ici, qu’on pouvait se loger pour rien du tout par rapport à d’autres villes.


Au delà de ses aspects proprets, la ville a aussi son côté alternatif, dans les quartiers ouest et sud, couverts d'immenses friches industrielles. Des terrains vagues transformés en parcs, des usines aux murs couverts de graffitis, vestiges de la RDA qui offrent aux artistes l'espace et l'atmosphère pour s'épanouir.

Un bar branché dans un bâtiment industriel du Neue Lindenau / CC Flickr Emden09


Pour Anna, plasticienne française, Leipzig est "the place to be" :

Il y a énormément d'infrastructures et une offre culturelle variée, pas chère voire gratuite [...]. A une époque, Berlin communiquait sur le mode "pauvre, mais sexy". Ici, le slogan est "the better Berlin", ou récemment sur les réseaux sociaux : "Hypezig".



Alors si vous cherchez une destination pas chère et sympa pour étudier ou voyager, kommen nach Leipzig !

Reportage de Cyril Sauvageot / Edition : Sébastien Sabiron.

Photo d'illustration : CC Flickr Ingrid Eulenfan



Parce qu'il y a toujours un Vera Cruz à l'autre bout du monde, retrouvez l'ensemble de nos reportages en cliquant par  !

Et abonnez-vous au podcast, RRS et iTunes.

Commentaires