Le tour de France nazi

Retour sur cent Tours Lundi 15 juillet 2013

Réécoute
Dernières diffusions
Le tour de France nazi
Et alors quoi ? Sous prétexte qu'on envahit la France et qu'on massacre des millions d'innocents, on n'a plus le droit à un petit Tour de France ? Comme le propriétaire de l'épreuve refuse de collaborer, les nazis créent une nouvelle course : le Circuit de France.

 

"Panem et circenses", du pain et des jeux, écrivait le poète latin Juvénal, à moins que ce soit Dan Brown... Un peuple à qui on offre du pain et des jeux accepte sans grogner la façon dont il est gouverné. Les Nazis n'ayant plus de pain, ils se rabattent sur les jeux.

 

Ils demandent à Jacques Goddet, le proprio du Tour, d'organiser une édition 1942. Il refuse. Pas question de servir la propagande nazie. Peu importe, ils se rabattent sur Jean Leulliot, le patron du journal collabo La France Socialiste. Il leur dessinera un parcours invraisemblable, avec des étapes interminables.

 

 

Ce "Circuit de France" sera un désastre. Un jour, on avance la ligne d'arrivée de 50 kilomètres pour éviter aux coureurs d'arriver de nuit. Un autre, on sépare l'étape en deux pour empêcher que le passage de la ligne de démarcation entre France libre et occupée ne bouscule les écarts. Pourtant, à l'arrivée à Paris, Pierre Laval félicitera les organisateurs. Ben voyons...

 

Pour rouler sur le compte twitter d'Augustin Arrivé, pédalez ici : @joel_kienast

 

Et retrouvez d'autres histoires du Tour sur lemouv.fr

 

Commentaires