Le streaming met KO le téléchargement

le Reportage de la Rédaction Jeudi 11 septembre 2014

Réécoute
Dernières diffusions
Le streaming met KO le téléchargement
Passé en tête du classement des revenus de musique numérique, le streaming est désormais le moyen d'écoute numéro 1. Il a même depuis le 10 septembre son classement de single. Une véritable bascule s'est opérée avec le téléchargement.

 

Le streaming c'est la deuxième révolution de l'industrie musicale. Au début des années 2000, le support physique (disque ou vinyle) s'effondre et laisse la place au téléchargement. Aujourd'hui, comme le révèle le Syndicat National de l'Edition Phonographique, le streaming détrone le téléchargement.

Evolution des revenus de la musique en ligne

Changements d'habitude

Et les consommateurs ont changé leurs habitudes. Fini le logiciel de peer-to-peer, place aux plates-formes de streaming comme YouTube, Deezer, Spotify ou Qobuz. Un classement des meilleures écoutes streaming vient d'ailleurs de voir le jour le 10 septembre, avec le remix de Prayer in C de Lilly Wood & The Prick en tête.

La simplicité et la gratuité de ces systèmes leur permet de vite s'implanter dans les modes de consommation des mélomanes. Gilles Poupardin, l'un des fondateurs de Whyd, appli pour agglomérer des contenus musicaux du web, l'affirme :

On a changé de problématique. Avant, la question était de savoir comment je vais transporter ma musique dans ma poche. Aujourd'hui, toute la musique est là, la question c'est comment je fais pour trouver le prochain son que je vais jouer ?


 

Avec un catalogue musical estimé à 25 millions de titres, les plates-formes de streaming permettent en effet d'avoir toute la musique à disposition. Mais permettent-elles la découverte ? YouTube renvoit à la fin d'une vidéo sur un contenu similaire basé sur nos dernières écoutes mais cette option n'est pas toujours utilisée par les internautes.

Mauvaise nouvelle pour les artistes en développement ?

Et ces systèmes de suggestion automatique ne prennent pas toujours en compte les petits artistes. C'est Alex, un membre du collectif de DJ Mawimbi qui le confirme :

Si tu gères bien ton système de tag, tu apparais dans les vidéos suggérées et tu gagnes en visibilité. Mais ça ne se fait pas automatiquement ... Aujourd'hui, c'est obligatoire de chercher à être suggéré partout. 


 

Mawimbi comme d'autres se font découvrir par le streaming gratuit et notamment SoundCloud ou encore Whyd où des curateurs font découvrir les artistes via des playlists. Mais qu'en sera-t-il le jour où ils sortiront des morceaux payants ? "On verra qui fait la bascule du gratuit au payant" confie Alex. Pour Virginie Berger, directrice de DBTH, une agence de stratégie et marketing musical :

La gratuité du streaming fait qu'on pense que la musique n'a aucun coût. Il y a un risque qu'on ait plus envie du tout d'acheter de la musique ensuite. La conséquence : c'est moins de musique ou de la musique de moins bonne qualité.


 

La création musicale reste encore élevée mais les chiffres de vente, eux, sont toujours en recul. L'industrie musicale a encore reculé de 9,2% sur les six premiers mois de l'année 2014. Les ventes physiques ont encore chuté (-13,6%) et le téléchargement également (-18%). La hausse du streaming ne pourra pas combler éternellement la baisse des autres supports d'écoute.


Reportage et photo : Maxime Fayolle

Les choix actu du Mouv', c'est tous les jours dans le Reportage de la Rédaction

Et abonnez-vous au podcast RSS et iTunes

 

Commentaires