Le slam de fond déferle sur le Bénin

La Pop au carré Vendredi 28 novembre 2014

Réécoute
Le slam de fond déferle sur le Bénin
Initié par des artistes comme Sergent Markus ou Kmal, l'art du slam béninois s'installe durablement dans ce petit pays d'Afrique de l'Ouest. Pour beaucoup de jeunes, c'est même un moyen de gagner sa vie.

 

A 25 ans, Hagbe Gopal Dass, membre du collectif Jah Slam, participe à des ateliers tous les mercredis après-midi. Après avoir écumé les scènes libres, il tourne aujourd'hui son premier clip. Il est le seul à slamer en goun, l'une des langues du Bénin. "C'est très intéressant parce qu'on peut jouer sur les homophonies, comme les mots argent et mourir qui se prononcent presque pareil."

 

Sur le tournage du clip d'Hagbe Gopal Dass © Delphine Bousquet

 

Amangbegnon, l'une de ses partenaires dans le collectif, impose une vision critique de chaque texte : "il faut éviter les rimes faciles, il faut être à même d'expliquer ce qu'on écrit." Cet art nouveau ne laisse pas indifférent ici. Depuis le premier spectacle du genre, organisé en 2005, le slam n'a jamais cessé de se développer. Ousmane Aledji y voit l'influence des traditions africaines de l'oralité :

Cette culture des conteurs, des griots, est plus installée en Afrique qu'ailleurs. On entend dans le slam une rythmique qui peut être apparentée à celle du balafon ou de la kora.


 

"La guerre des clans", slam de Sergent Markus enregistré en 2011 © Artisttik Africa

 

Un autre facteur déterminant dans cet engouement, c'est le fait que les poètes béninois ont de tous temps été invités à déclamer des textes pendant des manifestations publiques. Une activité bien rémunérée qui se poursuit aujourd'hui avec le slam. Sergent Markus, l'un des pionniers du style dans ce pays, a participé à la campagne de réélection du président Thomas Boni Yayi en 2011 : "Des opérateurs de téléphonie mobile payent de bons prix pour nos textes. J'arrive à trouver le juste milieu entre le respect de la commande et la dénonciation de la thématique choisie. Je suis en paix avec ma conscience."

 

Chaque jour le Mouv' met la Pop au carré, reportages à écouter par ici.

Et abonnez-vous au podcast RSS et iTunes.

Reportage et photos : Delphine Bousquet                   Edition : Augustin Arrivé


Commentaires