Le service civique, victime de son succès

le Reportage de la Rédaction Lundi 28 juillet 2014

Réécoute
Dernières diffusions
Le service civique, victime de son succès
Le gouvernement va débloquer 100 millions d'euros pour le service civique, sur les trois prochaines années. Objectif : augmenter la capacité d'accueil des jeunes volontaires. Il faut dire que pour cinq candidatures, il n'y a seulement qu'une seule offre.

Les jeunes en redemandent ! Lancé en 2010, le service civique a accueilli 60.000 volontaires depuis, des jeunes de 16 à 25 ans qui s'engagent pour une mission d'intérêt général. La mission dure de 6 à 12 mois, avec une indemnisation d'environ 570 euros nets.

Cette année, 35 000 jeunes devraient s'engager et le Président de la République, François Hollande, vise les 100 000 volontaires d'ici à 2017.

L'association Banlieue sans Frontière en Action (BSFA) a envoyé cette année une douzaine de jeunes en mission dans quatre hôpitaux du Val-de-Marne. Le rôle de ces gilets bleus: guider et orienter les patients, leur proposer un café, ou les transporter d'un bâtiment à l'autre.

Le Mouv' a rencontré Nizar et Manon, deux volontaires au Centre Hospitalier Intercommunal de Créteil, dans le Val-de-Marne. Après avoir arrêté leurs études, les deux jeunes ont décidé d'aider les autres et de trouver une autre voie, via le service civique.

Les gilets bleus guident et accompagnent les patients de l'hôpital ©CHIC 

Le service civique  accueille 5.000 décrocheurs scolaires, actuellement. Un chiffre qui doit doubler d'ici trois ans, selon François Hollande, d'où les 100 millions d'euros débloqués pour créer des places supplémentaires. Le chef de l' Etat envisage également d'offrir aux volontaires, une carte étudiante pour qu'ils puissent bénéficier des tarifs réduits et de l'accès au Crous.

Le service civique, c'est tellement cool que les jeunes d' Unis-Cité en ont même fait un morceau de rap:

 


Les choix actu du Mouv', c'est tous les jours dans le Reportage de la Rédaction

Et abonnez-vous au podcast RSS et iTunes

Reportage et mise en page : Hajera Mohammad

 

Commentaires