Le scandale du tweet-gate en Corée du Sud

Pendant ce temps, à Vera Cruz (old) Jeudi 24 octobre 2013

Réécoute
Soupçons de tweet-gate en Corée du Sud
Les services secrets sud-coréens ont-ils influencé les résultat de la présidentielle de décembre dernier ? Ils sont accusés d'avoir posté 55 000 tweets faisant l'apologie de la candidate conservatrice et dénigrant le candidat de l'opposition.


Frédéric Ojardias tweete et retweete, mais jamais pour dénigrer les petits copains. Son reportage en cliquant ci-dessus.

C'est un scandale qui embarasse sérieusement l'éxécutif, dans un pays considéré comme le plus connecté au monde. Cette semaine, les locaux de la "Cyber Warfare Command" ont été perquisitionnés sur demande du procureur de Séoul.

Cette unité du ministère de la défense (théoriquement neutre) est accusée d'avoir posté avant les élection des messages sur les réseaux sociaux en faveur de Park Geun-Hye, la candidate conservatrice élue il y a 10 mois.

Park Geun-Hye au soir de son élection, le 19 décembre 2012 / DR

Plus grave, la justice révèle également que 55 000 tweets similaires ont été postés par le NIS (l'agence nationale de renseignement) pendant la présidentielle.

Ces messages présentaient Moon Jae-In, le candidat (progressiste) de l'opposition comme un "laquais de la Corée du Nord", sujet toujours très sensible dans ce pays divisé.

   
Moon Jae-In, probable victime de gazouillis © 문재인

L'opposition rappelle que Park Geun-Hye n'avait été élue qu'avec un million de voix d'avance. Dans ce pays qui dispose des connexions internet les plus rapides du monde, une grande partie du débat démocratique se joue en ligne. Difficile malgré tout de dire dans quelle mesure les tweets des services secrets ont pu influencer l'élection présidentielle.

La présidente sud-coréenne se contente de nier toute implication dans cette affaire. Depuis cet été des manifestations à la bougie réunissent chaque semaine des étudiants devant la mairie de Séoul. Inquiets pour leur démocratie, ils réclament une réorganisation complète des services secrets.

    
Reportage de Frédéric Ojardias, correspondant du Mouv' en Corée du Sud. 

Commentaires