Connectés, les Indiens du Québec dépriment (un peu) moins

le Reportage de la Rédaction Lundi 22 décembre 2014

Réécoute
Dernières diffusions
Grâce à Internet, les Indiens du Québec ont (un peu) moins soif
Plus de la moitié des 15-17 ans des autochtones au Québec sont dépendants à l’alcool. La principale cause : l’ennui et l’éloignement de ces jeunes qui habitent à plusieurs heures de route des villes. L’arrivée d’Internet change progressivement la donne.

Alcoolisme, suicide, chômage : les jeunes autochtones des réserves éloignées des villes québécoises détiennent beaucoup de tristes records. Et parce qu’ils n’ont rien à faire, terrés dans leur ennui, ils sont nombreux à noyer leur solitude dans l’alcool ou la drogue. Comme l’avaient fait avant eux leurs parents ou leurs grands-parents.

 

Pourtant, avec l’arrivée de l’Internet à haut débit, leur situation s’améliore. Notamment quand il s’agit de trouver un emploi ou une formation. Serge Rock, le porte-parole du Réseau jeunesse des Premières Nations du Québec explique :

Le moyen le plus simple de rejoindre les jeunes aujourd’hui est Facebook. Notre réseau y publie beaucoup d’information et c’est un succès : nous avons réussi à placer et orienter des centaines de jeunes grâce aux réseaux sociaux


 

Rompre l’isolement grâce à Facebook

Dans les réserves, tout le monde se connaît, aussi rejoindre la ville est souvent déroutant pour eux. Voire traumatisant : nombreux sont ceux qui trouvent alors une forme de réconfort dans les addictions. Là encore, les réseaux sociaux permettent de sortir de l’isolement et de garder le contact avec la famille.

 


Les choix actu du Mouv', c'est tous les jours dans le Reportage de la Rédaction

Et abonnez-vous au podcast RSS et iTunes

Reportage : Auberi Maitrot

Commentaires