Le printemps turc joue les prolongations

Pendant ce temps, à Vera Cruz (old) Mercredi 30 octobre 2013

Réécoute
Le printemps turc joue les prolongations
Voilà presque six mois, la Turquie s'était soulevée contre un projet de construction d'un centre commercial dans un parc d'Istanbul. Aujourd'hui les manifestations continuent et le premier ministre Erdogan persiste dans son autisme.

 

Jérôme Bastion, notre correspondant en Turquie, écoute davantage les étudiants turcs que ne le fait leur premier ministre. Son reportage est à écouter ci-dessus.

 

Cette fois-ci, c'est à Ankara que ça se passe. Six mois après le soulèvement de la place Taksim, six mois après les premières manifestations, les premières répressions policières, les premiers morts, la jeunesse turque regagne le pavé. Recep Tayyip Erdogan rejoue son rôle de premier ministre ultra-conservateur, attiré par le profit et hermétique aux protestations de son peuple.

 

En mai dernier, les manifestants s'opposaient à un projet de destruction d'un parc d'Istanbul, destiné à construire un centre commercial. Aujourd'hui, ils redescendent dans la rue pour tenter de sauver une forêt d'Ankara, menacée par le tracé d'une bretelle d'autoroute. Le campus de l'Université technique du Moyen-Orient (ODTÜ en turc) est devenu le lieu de rassemblement de cette nouvelle bataille.

 

 

On retrouve les mêmes affrontements avec la police, les mêmes hélicoptères survolant la zone toutes les nuits, les mêmes actions décidées sur twitter (le hashtag #direnodtu a remplacé #occupygezi), et la même persévérance dans le combat. "Nous résistons pour protéger l'université, le quartier, la ville et la Turquie", crie une militante. "Et nous nous battrons jusqu'au bout contre ce projet."

 

 

 

3.000 arbres ont déjà été déracinés. Les ouvriers terrassent le bois en pleine nuit, à la lumière des phares. Les policiers tirent des grenades lacrymogènes à quelques mètres de là, pour disperser les barricades et éloigner les étudiants. L'AKP au pouvoir doit à tout prix étouffer cette révolte au plus vite : les élections législatives approchent. Le scrutin, prévu au printemps prochain, pourrait bien étaler aux yeux du monde l'étendue de la colère populaire.

 

Retrouvez les visages du printemps turc. Un web-documentaire d'Augustin Arrivé sur la révolte de Taksim, en mai dernier, à explorer en cliquant ici.

Commentaires