Le porte-feuilles rempli d'abeilles

le Reportage de la Rédaction Vendredi 23 août 2013

Réécoute
Dernières diffusions
Le porte-feuilles rempli d'abeilles
Ras-le-bol de la mondialisation, des politiques monétaires de Bruxelles ou de l'inflation galopante ? pourquoi ne pas passer à la monnaie locale ? Il en existe une vingtaine en France, comme l'abeille, en cours dans les environs de Villeneuve-sur-Lot.

 

Isabelle et Bernard Rosa sont apiculteurs à Penne-d'Agenais, près de Villeneuve-sur-Lot. Le gag, c'est que si vous venez leur acheter du miel, vous pouvez les payer en abeilles. Non pas qu'ils manquent d'insectes pollinisateurs, mais leur Ferme du Bousquet fait partie des 112 entreprises utilisatrices de la monnaie locale du grand Villeneuvois, l'abeille.

 

Vincent, ostéopathe, Judith et Ludovic, éleveurs, Mathias, peintre-décorateur, tous utilisateurs d'abeilles

 

La conversion est simple : une abeille = un euro. A ceci près que ces billets ont vocation à être dépensés, et si vous préférez les cacher sous le sommier, sachez qu'ils perdront 2% de leur valeur tous les six mois. Quand l'association Agir pour le Vivant a lancé la devise en janvier 2010, elle avait bien calculé son coup : la dévaluation incite à la consommation.

 

C'est bien l'objectif des monnaies locales : plutôt que de voir s'envoler les grandes entreprises à l'autre bout du monde, la mise en circulation d'abeille oblige celui qui les utilise à les redépenser rapidement et uniquement dans la région (vous ne trouverez aucun repreneur ailleurs). Et l'économie locale reprend du poil de la bête (si tant est qu'on la considère poilue).

 

Les abeilles à la Semaine internationale des monnaies sociales et solidaires © Monnaies en débat, 2010

 

Laurent Kramer, de la rédac' du Mouv', est allé bourdonner aux oreilles des Villeneuvois. Il nous ouvrira demain, dans World in Progress, les portes de cette banque à taille humaine. Reportage complet dès 10h sur le Mouv', puis débat en studio avec :

 

Commentaires