Le phénomène des vixens girls

Les rapporteuses (2015-2017) Mardi 08 décembre 2015

Réécoute
Le phénomène des vixens girls
Vous en avez forcément déjà vu même si le terme de nous dit rien. Vous savez ces superbes nanas dans les clips avec des trèès gros seins et des trèèès grosses fesses. Et ben voilà. Mais pourquoi envahissent-elles nos écrans ? That's the question...
Melissa Montana , par Melissa Montana

Pour mener l'enquête Mouv' a rencontré Melissa Montana. Elle est vixen girl et stripteaseuse. Et elle en vit clairement. Elle à 27 ans et habite à Nantes. Et professionnellement elle partage son temps entre Paris et Miami. Il y a pire comme vie...
Alors est-ce qu'on parle tout de suite du corps de Melissa ou pas ? Non on va attendre. On va commencer par l'enfance. Parce que déjà petite Mélissa regardait les clips à la télé et revait de devenir danseuse "comme elles"
Son premier clip elle l'a tourné à Bercy. Elle avait un réalisateur dans ses contacts facebook. Il l'a trouvée jolie, l'a contactée, lui a proposé un contrat, et quelques semaines plus tard Mélissa avait la chair de poule devant un objectif. Et oui parce que Bercy c'est froid, et souvent les filles ne sont pas beaucoup habillées. 

Souvent c'est par le réseau que Mélissa réussi à travailler. Voire même par les réseaux sociaux. Un contact qui connait quelqu'un qui a vu ses photos. Jamais Melissa ne passe de casting "physique". 
Et ce qu'elle aime dans ce métier, c'est vendre du rêve. Parce qu'"être vixen girl c'est toujours de la fiction". Mélissa ne fait pas de strip gratuit pour autant. Même à son mec. Quand elle est devant la caméra "elle joue un rôle, elle se sublime et laisse les réalisateurs faire d'elle un objet de désir.

La seule chose qu'elle fait peut être d'artificiel dans ce métier. Grossir ses seins. Elle a un prototype de femme parfaite en tête et essaye de s'en rapprocher au maximum. Est ce que c'est réussi ? On vous laisse juge. 
Dans tous les cas, le sociologue Franck Freitas, spécialiste du hip hop, constate une montée en puissance du nombre de filles assumant et recherchant de telles formes. Côté masculin aussi apparement, le phénomène serait appréciable. 
Femmes à formes populaires contre femmes sans formes bourgeoises ? Les seins et les fesses seraient-ils une représentation simpliste d'une lutte de classe ?  Le débat est ouvert... 



Toutes les enquêtes des rapporteuses ici.

Commentaires