Le périple des migrants raconté en BD

La Pop au carré Lundi 29 septembre 2014

Réécoute
Le périple des migrants raconté en BD
Alpha est ébéniste à Abidjan. Il va quitter la Côte d'Ivoire pour tenter de rejoindre sa famille, partie à Paris. Dans un album poignant, la romancière Bessora et le dessinateur Barroux nous propose de vivre cet exil à travers l'Afrique avec lui.

 

C'était le 10 septembre dernier, au large de l'île de la Crète. Un bateau rempli de migrants faisait naufrage. Des centaines de personnes, Palestiniens, Erythréens, Somaliens, Syriens, Soudanais, sont depuis portées disparues, probablement mortes noyées. Un drame comme il en arrive tant d'autres chaque année en Méditerranée. Le périple vers l'Europe est un voyage en compagnie de la mort.

La liberté de circulation n'est pas la même selon qu'on se trouve au sud ou dans les pays occidentaux.

 

Le constat de Pierre Henry, directeur général de l'association France Terre d'Asile, qui vient en aide aux migrants, est clair. "On ne quitte pas son pays, ses biens, ses amours, de gaîté de coeur." Un album émouvant, éprouvant, nous le montre aujourd'hui avec justesse et dignité.

 

              Extrait de "Alpha Abidjan-Gare du Nord", de Bessora et Barroux © Gallimard, 2014

 

Alpha Abidjan-Gare du Nord (publié chez Gallimard) est né d'une rencontre, il y a quelques années dans un salon du livre, entre la romancière Bessora et le dessinateur Barroux. "Il m'a parlé de la situation instable en Côte d'Ivoire et de son envie de faire quelque chose sur le sujet", se souvient Bessora.

Mais je me méfie des sujets d'actualité, donc j'ai un peu affiné le projet pour écrire ce récit d'une aventure migratoire.


 

Alpha, modeste ébéniste d'Abidjan, espère rejoindre la France avec sa famille. Il ne rêve pas d'Europe mais veut simplement rendre visite à sa belle-soeur, installée à Paris. Quand le consulat leur refuse un visa, sa femme et son fils décident de partir clandestinement. Ils disparaissent vers le nord, vers le désert. Alpha n'a plus de nouvelles. Quelques mois plus tard, il se lance à leur recherche.

 

                 Extrait de "Alpha Abidjan-Gare du Nord", de Bessora et Barroux © Gallimard, 2014

 

Avant la Méditerranée et ses bateaux surchargés, il devra affronter bien d'autres obstacles : trouver de l'argent coûte que coûte, quitte à vendre de la drogue ou se prostituer, éviter les arnaques des passeurs, survivre au Sahara et aux patrouilles militaires. Pierre Henry ne comprend pas que les gouvernements laissent ces situations perdurer :

Il n'est pas question d'exonérer ceux qui font commerce de la misère et qui font du trafic d'êtres humains, mais je crois qu'il y a là une grande irresponsabilité collective. Il faut que les dirigeants européens travaillent dans trois directions : la solidarité, la protection et la prévention.


 

Pour Bessora, les chefs d'Etat africains ont aussi leur part de culpabilité : "Si les gens s'en vont, c'est qu'ils n'ont pas des conditions de vie satisfaisantes dans leur pays. Et ils souffrent beaucoup plus des ambitions et de l'indifférence de leurs hommes politiques."

 

               Extrait de "Alpha Abidjan-Gare du Nord", de Bessora et Barroux © Gallimard, 2014


Cet album ressemble plutôt un roman graphique qu'à une bande dessinée. Les textes de l'écrivaine sont posés sous de magnifiques dessins, aquarelles et feutres, du dessinateur.

Un travail à quatre mains admirable, dont Bessora est aujourd'hui fière.  

On ne peut être qu'avec Alpha et se sentir impuissant. Je suis très heureuse que ce livre existe.


 

Pour tout dire, nous aussi.

 

Toute l'actu de la bande dessinée sur le Mouv', c'est par ici.

 


 

Image de couverture : Alpha Abidjan-Gare du Nord, de Bessora et Barroux © Gallimard, 2014

Critique et mise en page : Augustin Arrivé

 

Commentaires