Le nouveau spot du Hip Hop s'installe à Lille

La Pop au carré Lundi 20 octobre 2014

Réécoute
Ouverture du CECU à Lille ©  atelier d’architecture King Kong
Un lieu unique ouvre ses portes à Lille. Le CECU, le Centre Eurorégional des Cultures Urbaines - son nom provisoire - est un espace de travail et de spectacle entièrement dédié au graff, au rap, au slam et à la danse. L'objectif: soutenir et mettre en lumière la jeune création Hip Hop en France et en Europe.

Ce bâtiment de verre sur trois étages, aux murs transparents, donne directement sur le quartier populaire de Moulins, et nous rappelle que si désormais le Hip Hop a une adresse à Lille, il reste toujours connecté à la rue.

Le Centre Eurorégional des Cultures Urbaines (CECU) est la première institution en France à soutenir et favoriser des créations associées aux cultures urbaines. Il s'adresse à tous, aux habitants du coin, aux écoles qui veulent louer une salle l'après-midi, et surtout aux artistes qui cherchent des locaux pour quelques jours, voire quelques semaines, pour développer un album, un spectacle, un projet lié au street art.

 

Un équipement à la pointe

Dans ce bloc de verre et d'acier de 2.500 m2, chaque étage est dédié à une discipline du Hip Hop. Au sous-sol, place à la musique avec trois studios d'enregistrement (dont un studio avec une régie, une insonorisation optimale et une acoustique modulable). Au rez-de-chaussé une grande salle de spectacle offre jusqu’à 600 places debout, 225 assises, et une scène amovible. Au premier étage se trouvent des bureaux.  Le deuxième niveau, est consacré à la danse avec deux studios, et enfin le dernier étage est un espace de 200 m2 pour le street art (avec un système d'accroche sur rail au plafond pour tendre les toiles, et une ventilation spécifique pour éviter l'accumulation des gaz des bombes de peinture) et une terrasse avec son mur de graff donnant sur les toits de Lille.

 

Bouba Landrille Tchouda, danseur-chorégraphe, résident du CECU © Julien Laurent - CECU

Pour le moment, si les couloirs sont encore très propres et vides, trois groupes de musique du Nord et une compagnie de danse testent les lieux. Comme Tacite, un rappeur lillois. Il vient répéter ici avec son groupe deux fois par semaine, pour préparer son nouveau spectacle.

 

Une institution du Hip Hop qui ne veut pas ressembler à un sanctuaire

Le CECU est un projet géré et en partie financé par la mairie de Lille. Un autre temple du Hip Hop, impulsé par la mairie de Paris devrait voir le jour en 2015 dans la capitale. 

Si certains voient là une récupération politique des cultures urbaines, ou une façon de sanctuariser les pratiques du Hip Hop jusqu'alors marginalisées, pour Olivier Sergent, le directeur du CECU, il est temps au contraire de donner au graff, au rap ou encore au breakdance leur place dans les institutions; et de considérer ces disciplines, comme des arts à part entière.

 

Le but du CECU est de rendre plus visibles les cultures urbaines. Et pour éviter que les artistes restent enfermés entre ces quatre murs de verre, des ateliers, des stages, et des spectacles seront organisés tout au long de l'année pour le grand public.

Prochains rendez-vous au CECU : le Hip Hop Games le 8 novembre, ou encore la Battle Internationale de Graffiti le 16 novembre prochain.

Lieu : 2 rue Fontenoy - Lille

Horaires : ouverture au public et aux pratiquants : mardi, mercredi et jeudi, de 14h à 22h / vendredi et samedi, de 14h à 18h

Renseignements et programmation : 03 62 14 59 52 – www.cecu-lille.fr

 

Inauguration du CECU, le 4 octobre 2014 © CECU

 


Chaque jour le Mouv' met la Pop au carré, reportages à écouter par ici.

Et abonnez-vous au podcast RSS et iTunes.



Crédits photo :  © CECU

Reportage : Sophia Marchesin

Commentaires