Le monde étudiant crève la dalle

le Reportage de la Rédaction Mardi 19 août 2014

Réécoute
Dernières diffusions
Le monde étudiant crève la dalle
Si vous êtes étudiants, apprêtez-vous à raquer un maximum en cette rentrée qui approche. C'est le constat commun des deux principaux syndicats étudiants, l'UNEF et la FAGE. La revalorisation annoncée des bourses ne compensera sans doute pas la hausse des dépenses.

 

Un étudiant français dépensera en moyenne 2.525€ au mois de septembre, 300€ de plus pour les Franciliens, loyers obligent. C'est ce que révèle l'étude de la FAGE, la deuxième organisation étudiante, dans un rapport publié ce lundi. Cette somme est plus importante que l'an dernier, une hausse de 1,5% environ.

Même bilan, grosso modo, chez l'UNEF, syndicat majoritaire, qui évalue cette augmentation à 2% et s'inquiète de la banalisation du travail salarié destiné à financer le passage à l'université. Un étudiant sur deux travaillerait, et 30% de ces travailleurs s'enquilleraient même des doubles journées, bossant à temps plein à côté de leurs cours (contre 19% en 2006).

 

Interview de William Martinet, président de l'UNEF © AFP, 2014

 

C'est le cas de Myriam, étudiante en communication de 21 ans le jour, derrière le comptoir d'un bar le reste du temps. "Ma famille ne peut pas se permettre de payer mes études, donc je n'ai pas le choix, même si ça m'empêche de sortir le week-end ou de faire du shopping."  Même job d'appoint pour Baptiste, boursier inscrit en BTS Design : "je suis en temps plein pour l'été, normalement je ne travaille que 16h par semaine, en plus des 35h de cours." Lui n'a pas l'air de s'en affoler : "il suffit de s'organiser".

Julien Blanchet, président de la FAGE, pointe le coût des dépenses de santé (+20%) et des loyers. "On a de moins en moins d'élèves issus des classes populaires dans l'enseignement supérieur. Et ce sont les étudiants non-boursiers qui se salarient le plus." Il réclame à Benoît Hamon, le ministre de l'Enseignement Supérieur, l'ouverture de discussions sur un futur plan de vie étudiante. Il imagine un "droit opposable au repos d'examen", qui autoriserait un salarié étudiant à prendre du temps dans son contrat pour réviser, un droit qui existe déjà dans la formation professionnelle.

 

Le coût de la rentrée 2014 selon la FAGE, 2e organisation étudiante en France © FAGE

 

Il reproche également au gouvernement le maintien des mutuelles étudiantes, souvent onéreuses. "Quand on doit attendre quatre mois pour se faire rembourser, ça n'est pas acceptable." Il milite pour un retour des étudiants dans un régime de droit commun. "C'était une promesse présidentielle, ce serait bien qu'elle soit respectée." Pour l'instant, le ministre Benoît Hamon, s'est contenté d'annoncer une revalorisation des bourses à hauteur de 0,7% en septembre. Un premier pas.

 

Les choix actu du Mouv', c'est tous les jours dans le Reportage de la Rédaction.

Et abonnez-vous au podcast RSS et iTunes.


Reportage : Rosalie Lafarge                        Entretien : Magali Fichter

Photo de couverture : Cc FlickR The LEAF Project


Commentaires