Le hard-core-gamer ennemi de Séoul

La Pop au carré Lundi 18 août 2014

Réécoute
Le hard-core-gamer ennemi de Séoul
La Corée du Sud interdit la pratique nocturne du jeu en ligne aux jeunes de moins de 16 ans, et les parlementaires réfléchissent à durcir encore un peu plus la loi. Une action destinée à lutter contre la cyberdépendance.

 

"J'observe chez mes patients des états de manque, un besoin maladif de jouer, une accoutumance, c'est à dire qu'il faut jouer de plus en plus longtemps pour satisfaire son envie." Le tableau brossé par la psychologue Cho Eun-Sook est sombre. Elle dirige un centre de lutte contre l'addiction aux jeux vidéo à Séoul, et son discours parle de déscolarisation, de violence, d'insomnie.

En Corée du Sud, ce genre de comportements est de plus en plus fréquent. Des salles de jeu, les "PC Bang", pullulent dans la mégapole. Des écoliers s'y affrontent en ligne pour moins d'un euro l'heure. Ces lieux restent ouvert 24h/24, mais depuis 2011 les moins de 16 ans y sont interdits la nuit, entre minuit et 6h du matin. Ainsi va la loi "Cendrillon" votée par les Parlementaires.

 

La mort d'un bébé, fait divers à l'origine des inquiétudes des parlementaires © iTélé, 2014

 

Un texte facilement contournable : les lycéens ont bien vite compris qu'ils pouvaient se connecter en utilisant le numéro d'identité de leurs parents. Hoon-Hyun voit ça comme un simple choix de vie : "après les cours, c'est l'endroit où se relaxer. Ce qui compte, c'est la communauté."

Le gouvernement aimerait durcir la règlementation, mieux contrôler ces joueurs. Une série de faits-divers sordides a effrayé une partie de l'opinion (deux bébés morts de faims parce que leurs parents étaient trop concentrés à jouer) et il s'agit maintenant de calmer les peurs. Choi Joon-Young, responsable d'une asso d'entreprises du jeu, parle de chasse aux sorcières. "Selon les spécialistes, ce sont d'autres facteurs sociaux comme l'exclusion, la pauvreté ou les violences à l'école qui expliquent ces dérives." Le débat est loin d'être bouclé.

 

Chaque jour le Mouv' met la Pop au carré, reportages à écouter par ici.

Et abonnez-vous au podcast RSS et iTunes.


Reportage : Frédéric Ojardias                           Mise en page : Augustin Arrivé

Photo de couverture : Cc FlickR John Ragal

Commentaires