Le grand méchant Lance

Retour sur cent Tours Jeudi 18 juillet 2013

Réécoute
Dernières diffusions
Le grand méchant Lance
C'était trop beau pour être vrai : un homme, revenu d'un cancer, qui remporte sept Tours d'affilée. Certains n'y ont jamais cru. Il aura fallu attendre 2012 pour que Lance Armstrong avoue et bouleverse le palmarès de l'épreuve. Le héros texan est tombé.

 

"Armstrong, la vie, quelle histoire ! C'est pas très marrant..." Ca non, Lance, tu ne nous as pas fait beaucoup rire, surtout que tu t'es bien foutu de notre gueule, toi qui traitais de menteurs toute la galaxie, et qui, le mois dernier, balançais qu'il est "impossible" de gagner le Tour sans dopage.

 

 


Lance Armstrong, florilège de dénégations par lemondefr

 

En même temps, elle n'a pas été très sympa avec toi, la vie. Ta naissance dans une famille que l'on qualifie pudiquement de "modeste", ton père qui t'abandonne à deux ans, ta mère qui se trouve un nouveau compagnon, un beau-père qui te frappe, et toi qui te réfugies dans le sport.

 

Ton histoire avec le Tour de France commence dans le sang. Ton coéquipier sur l'édition 1995, Fabio Casartelli, s'éclate la tête dans une descente pyrénéenne. Tu signes ta première victoire d'étape trois jours après et lève un doigt vers le ciel en hommage à l'Italien disparu.

 

 

La faucheuse tente de te harponner l'année suivante. Les médecins te diagnostiquent un cancer des testicules. 50% de risques d'y rester. C'est toi qui gagnes. Et à partir de maintenant, ce sera ta ligne de conduite : c'est toi qui gagneras à chaque fois. "Vous croyez qu'après avoir vu la mort en face, je serais assez fou pour jouer avec mon corps?" Sacré toi, va !

 

Entre 1999 et 2005, tu survoles sept Tours presque sans effort. Invraisemblable performance qui t'attire les soupçons du milieu et la haine du public. D'autant que, si ta famille était modeste, toi, tu brilles par ta vantardise. "Tout le monde veut savoir à quoi je marche. A quoi je marche ? Je me crève le cul six heures par jour sur mon vélo."

 

 

 

Greg Lemond, ton seul compatriote à avoir déjà gagné le Tour, ne te croit pas une seconde. "Si ce qu'il raconte est vrai, c'est le plus gros come-back de l'histoire du sport. Sinon, c'est son plus grand bluff." Et puis finalement, tout le monde te lâche, coéquipiers, sponsors. Tu nies, et puis tu avoues, chez Oprah Winfrey. Fin de la farce.

 

Pour rouler sur le compte twitter d'Augustin Arrivé, pédalez ici : @joel_kienast

 

Et retrouvez d'autres histoires du Tour sur lemouv.fr

 

Commentaires