Le futur de la télévision

Le 12-13 Lundi 24 juin 2013

Réécoute
Dernières diffusions
Le futur de la télévision
Philippe Dana reçoit Alain Le Diberder, directeur des programmes d'Arte.

Le futur de la télévision? avec Alain Le Diberder, directeur des programmes d'Arte.

[Article du Monde] Alain Le Diberder oriente Arte vers le tout-numérique

Il ne manque qu'un seul mot, mais cela change tout. Dans les années 1990, à Canal+, sur la carte de visite d'Alain Le Diberder on pouvait lire "directeur des nouveaux programmes". Depuis le mois de novembre, son curriculum vitae signale qu'il est désormais "directeur des programmes" - tout court - d'Arte. Nuance. Comme un transfert de compétence qui en dit long sur la mutation de la télévision à l'heure d'Internet ; quand tout bascule vers le digital ; quand ce qui était subalterne et accessoire devient prioritaire ; quand ce qui était nouveau ne l'est plus. En 2001, Alain Le Diberder avait quitté Canal+ après que la chaîne eut mis ses activités Internet en filiale (Canal Numedia), au risque de rompre "l'indispensable continuité entre le contenu de l'antenne et celui du Web". Pour Canal Numedia, l'expérience tourna au fiasco.

Douze ans plus tard, chez Arte, la première des missions du directeur des programmes est de faire glisser en douceur la chaîne culturelle franco-allemande vers le tout-numérique, de fusionner les services et de faire d'Arte une entreprise 100 % bimédia. "Une obligation" autant qu'"une évidence" pour Alain Le Diberder. Une mission qu'il espère mener à bien d'ici à la fin de l'année. "Il était l'homme de la situation", résume Véronique Cayla, présidente d'Arte. A la tête du Conseil national de la cinématographie (CNC), c'est elle déjà qui avait demandé à Alain Le Diberder de présider la commission "nouveaux médias". Entre 2007 et 2010, elle avait pu y apprécier sa vivacité intellectuelle et son pouvoir de conviction "par petites touches". "Il était cohérent que l'on se retrouve", estime la patronne d'Arte.

La suite sur le site du Monde.fr.

Avec la chronique Média de Didier Si Ammour...

Et le reportage d'Ilan Malka.

Commentaires