Le FN s'installe au pied des terrils

le Reportage de la Rédaction Mercredi 26 mars 2014

Réécoute
Dernières diffusions
La flamme frontiste s'installe au pied des terrils
Avec la victoire dès le premier tour de Steve Briois, Hénin-Beaumont devient le symbole de la réimplantation locale du Front National. En attendant le second tour, Le Mouv' reçoit Octave Nitkowski, 17 ans, enfant de Hénin-Beaumont et observateur de la vie politique locale.

C'est un instant inédit dans la vie du FN. Dimanche soir après le dépouillement, Steve Briois devient maire de Hénin-Beaumont avec 50,26 % des suffrages. A 42 ans, le candidat frontiste s'impose face au sortant Divers Gauche Eugène Binaisse. Une victoire d'autant plus symbolique que Marine Le Pen a failli être élue députée en 2012 dans cette 11 ème circonscription du Pas-de-Calais.

Hénin-Beaumont n'est pas la première ville dirigée par le Front National. On se souvient du triplé Toulon, Marignane, Vitrolles, à la fin des années 1990, un triplé aux allures de fiasco. A Hénin-Beaumont, le Front devra prouver qu'il est aujourd'hui capable de bien gérer une ville.

Flatter la fibre prolétarienne

Octave Nitkowski connait bien le dossier. A 15 ans, il chronique sur son blog l'affrontement entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon à Hénin-Beaumont. Lui qui se présente comme un "enfant du pays minier" est aujourd'hui étudiant à Science Po Paris. Dans son essai sur le Front National, il révèle (sans le citer nommément) l'homosexualité de Steve Briois, ce qui lui vaut une interdiction de publication partielle.

Octave Nitkowski dédicace son livre à Hénin-Beaumont / Capture d'écran Twitter
 

Pour Octave Nitkowski, l’avènement du FN à Hénin-Beaumont n'a rien d'une surprise ni d'un séisme politique :

Steve Briois est militant frontiste depuis son adolescence, il se présente à tous les scrutins depuis 1995. Les habitants le connaissent et l'ont vu évoluer. C'est sa capacité à réussir une campagne de proximité qui a fait la différence avec les partis traditionnels et leurs élus plutôt "notabilisés".



Une campagne de proximité, appuyée par un tractage sans précédent, tant en volume que sur la "qualité du papier glacé" selon Octave Nitkowski. Le jeune homme voit lui aussi dans cette percée une volonté de faire de Hénin-Beaumont un laboratoire pour le Front National.

A Hénin-Beaumont, le diptyque immigration sécurité est très vite passé au second plan dans le discours du FN, au profit de thèses plus sociales. Cette fibre prolétarienne a tout de suite séduit l'électorat populaire enlisé dans la crise. Ici plus qu'ailleurs, le Front a su faire oublier qu'il était un parti d'extrême droite.



Vitrine de l'exercice de dédiabolisation du FN, Hénin-Beaumont sera très observée ces prochains mois, dans la gestion, comme dans le discours des élus. Dérapages xénophobes interdits. Et en la matière, Steve Briois risque d'avoir fort à faire pour tempérer les ardeurs de son équipe.


La France perd le Nord / Le front national des villes et le front national des champs
, par Octave Nitkowski, Ed. Jacob Duvernet.

Textes, mise en page : Sébastien Sabiron.

Photo d'illustration : CC Flickr par OliBac.

 


 

Les choix actu du Mouv', c'est tous les jours dans le Reportage de la Rédaction

Et abonnez-vous au podcast RSS et iTunes

Commentaires