Le D Day live-tweeté de l'intérieur

La Pop au carré Vendredi 06 juin 2014

Réécoute
Le D Day live-tweeté de l'intérieur
Et si les GI's avaient eu un smartphone en 4G ? Quelle serait notre perception de la guerre ? 70 ans après le débarquement de Normandie, rencontre avec Louis Castel, un GI français très en vue sur les réseaux sociaux.

Ah vous allez en manger, des images d'archive ces jours-ci. Le débarquement comme si vous y étiez. Un devoir de mémoire nécessaire, quoi qu'un peu figé au bout d'un moment.

Et n'imaginez même pas aller faire un tour à Omaha Beach aujourd'hui, il y a comme un embouteillage de maîtres du monde : 19 chefs d’État étrangers, 11.000 flics et gendarmes pour les sécuriser, une larmichette par rapport aux 150.000 soldats alliés débarqués le Jour J (3 millions au total).

"Entre les mâchoires de la mort" / Robert F. Sargent, Wikimedia 


Que resterait il aujourd'hui de cette bataille de Normandie si Twitter et Facebook avaient existé à cette époque ? Une question que s'est posée le Mémorial de Caen, à travers un concept original : Louis Castel, GI virtuel, français engagé auprès des américains.

 

 
Depuis le mois de décembre, Louis raconte sa vie au jour le jour sur Facebook et Twitter, avec force détails, photos et vidéos, comme il aurait pu le faire si les smartphones avaient existé en 1944.

Avec l'enthousiasme de ses 24 ans, il raconte son instruction à Camp Kilmer dans le New Jersey, sa permission de 8 jours à Manhattan, les cookies, le jazz, le dernier John Wayne, les posters de pin ups, la traversée vers l'Angleterre... Et l'enfer du Jour J.

  
Derrière le profil de Louis Castel, il y a deux salariés du Mémorial de Caen. Ils tricotent son journal à partir d'une trame établie par deux historiens. Eux-même s'inspirent de l'histoire de Bernard Dargols, un vrai GI français.

En stage aux États-Unis au moment où la guerre éclate, Bernard Dargols s'engage dans l'US Army et débarque en Normandie le 8 juin 1944. Nolwenn le Roi de France Bleu Basse Normandie (partenaire de l'opération Louis Castel) a rencontré Bernard Dargols :


Tantôt truculentes, tantôt dramatiques, les timelines de Louis Castel se dévorent comme un feuilleton et séduisent au delà des attentes : 6.300 abonnés Twitter, 24.660 fans sur Facebook. Un succès qui a surpris jusqu'à Franck Moulin, directeur de la communication au mémorial de Caen :

Il y a une très forte attente du public et les internautes ont tout de suite créé une relation d'amitié avec le personnage. Ils le tutoient, l'interpellent, lui demandent comment il va, prennent des nouvelles de sa petite amie, de son chien, du front... Une relation normale sur les réseaux sociaux.



De nombreux enseignants se sont emparés de Louis Castel pour explorer l'histoire de façon ludique avec leurs élèves. De jeunes internautes passionnés par le destin du french GI virtuel. Et son histoire ne s'arrêtera pas au D Day : Louis Castel live twittera la terrible bataille de Normandie. Plus de 446 mille soldats tués et plus de 50 000 victimes civiles.

Découvrez ci-dessous l'épopée de Louis Castel en images :

Reportage, Mise en page : Sébastien Sabiron.

 


 

Chaque jour le Mouv' met la Pop au carré, reportages à écouter par ici.

Et abonnez-vous au podcast RSS et iTunes.

Commentaires