Le coeur avec les doigts, la nouvelle plaie du football

Va y avoir du sport Mardi 21 janvier 2014

Réécoute
Le coeur avec les doigts, la nouvelle plaie du football
A vue de nez, un footballeur sur dix célèbre son but en faisant un coeur avec ses doigts. Le joueur du Real Madrid Gareth Bale l'a carrément déposé comme marque commerciale. D'où vient ce geste ? Pourquoi plaît-il tant aux footballeurs ? L'épidémie est loin d'être endiguée.

Google en a déposé le brevet

Hier, Zoopla, un site Internet spécialisé dans l’immobilier, a annoncé qu’il arrêterait de sponsoriser WBA, un club de foot anglais. Pourquoi ? Parce qu’un joueur du club, Nicolas Anelka, a fêté un but en faisant la désormais fameuse quenelle.

Histoire de prendre de la hauteur, nous avons choisi de parler d’une autre manière de célébrer les buts.

Je colle mes pouces l’un contre l’autre, les phalanges de mes index se rejoignent. Magie du corps humain : un cœur se forme : je fais un cœur avec les doigts.

 Ce geste est une catastrophe, et se répand sur les terrains de foot à la vitesse d’une épidémie. A vue de nez, on peut dire qu’un footballeur sur dix a pris l’habitude de faire un cœur avec les doigts après avoir marqué un but.

Bien sûr, ce geste n’est pas propre au monde du foot. Il est devenu tellement populaire que Google a déposé un brevet à son sujet. En faisant un cœur avec les doigts devant des Google Glass, on pourra liker sur les réseaux sociaux. Merci Google.

Un coeur avec les doigts dans le clip de l'UMP

On se permet également d'évoquer des souvenirs que vous préfériez garder enfouis.

 

Fin 2009, dans un clip de l’UMP, un des plus consternants de l’histoire du XXe siècle, Frederic Lefebvre, alors secrétaire national du parti, y allait de son petit cœur avec les doigts.

A des kilomètres de là, l’Argentin Angel Di Maria commençait à populariser ce geste sur les terrains de foot. Dans un foot mondialisé, qu’y a-t-il de plus universel, de plus compréhensible par tous, que deux mains qui forment un cœur ?

Avec ce geste, le Zambien de Sochaux comme le Sud-Coréen de Sunderland peuvent faire passer le même message : le foot est amour.

Le footballeur devient architecte de l'amour

Et puis, c’est quand même un peu plus sophistiqué qu’un simple bisou. Grâce au cœur avec les doigts, le footballeur prouve ses qualités de coordination et d’intelligence spatiale. Il est l’architecte de l’amour.

C'est un problème, parce que la célébration de but, c’est un des moyens pour le footballeur d’exprimer sa personnalité, son originalité.

Bebeto qui faisait mine de bercer son bébé, la mitraillette de Batistuta, le coup de pagaie du Tahitien Vahirua, autant d'exemples originaux de célébration footballistique.

 

Certaines d'entre elles sont entrées dans la légende parce qu’elles sortaient de l’ordinaire. Accusé de prendre de la cocaïne, l’Anglais Robbie Fowler a un jour sniffé la ligne de sortie de but.

 

En 2003, le Français Pascal Nouma, lui, a carrément été licencié par son club turc de Besiktas après avoir marqué.

Après son but, il s’était tourné vers les supporters adverses, avait mis la main dans son short et avait simulé la masturbation. Ce qui est un petit peu déplacé.

L'exemple Tim Tebow

Pour en revenir au cœur avec les doigts, cet été, un cap a été franchi. Gareth Bale, le footballeur le plus cher de l’histoire, a déposé ce geste, il en a fait une marque commerciale.

 

Désormais, il est le seul à avoir le droit de vendre des bijoux et des gadgets en forme de cœur avec les doigts. Quitte à transformer un geste d’amour universel en truc marketing, il aurait pu aller plus loin.

Comme le footballeur américain Tim Tebow, qui lui a carrément obtenu de la justice le monopole de l’utilisation de son geste fétiche : une prière genou à terre.

Mais Gareth Bale n’est pas allé jusque là. Et l’épidémie du cœur avec les doigts est loin d’être endiguée. 

Imanol Corcostegui



Commentaires