Le cinéma en 4D, c'est pour bientôt

La Pop au carré Lundi 11 août 2014

Réécoute
Le cinéma en 4D, c'est pour bientôt
Venant tout droit du dernier Comic-con de San Diego fin juillet, l’expérience "BLACK STORM Oculus Rift" a fait son arrivée à Paris. Une réalité virtuelle révolutionnaire.

À l'occasion de la sortie du film Black Storm le 13 août, une cabine est installée au cinéma Gaumont Opéra Capucines depuis samedi et jusqu'à ce lundi 11 août au soir pour faire vivre au public une expérience en 4D en les projetant au coeur de l'une des scènes les plus spectaculaires du film. 

Le système Oculus Rift, conçu par l'entreprise Oculus VR, filiale de Facebook, se présente sous la forme d'un masque avec un écran numérique placé à l'intérieur à quelques centimètres des yeux seulement.  C'est sur cet écran que des extraits 3D du film sont projetés. 

Le réalisme des images projetées par le système Oculus Rift est très impressionnant © Marine Valès

Des capteurs hyper sensibles détectent chaque mouvement de tête de l'utilisateur et adaptent l'image en temps réel. Tout ceci, dans le but de produire l'illusion d'une immersion totale dans les scènes. 

Ce projet a débuté en 2012 lorsqu'un jeune américain de 19 ans, Palmer Luckey, a lancé un appel aux dons sur Kickstarter. Il espérait obtenir 250 000 $. Au final, il a récolté près de 2,5 millions de dollars. Les donateurs ayant donné plus de 275 $ ont reçu leur exemplaire à monter eux-mêmes.

Une expérience qui donne le vertige

Avant même que la cabine ne soit installée à Paris, on pouvait déjà se préparer à ce qu'on allait vivre grâce à cette vidéo publiée sur Internet lors du dernier Comic-Con de San Diego fin juillet.

 

À la sortie de la cabine parisienne, les avis sont effectivement unanimes. Une expérience décoiffante, très réaliste mais durant laquelle on a encore un peu trop l'impression d'être au coeur d'un jeu vidéo. Et surtout, une expérience à laquelle le corps n'est pas préparé et qui peut provoquer certains vertiges... Pas sûr qu'il soit possible de supporter un film tout entier avec cette technologie et les effets sensoriels associés. 

 

Ces lunettes immersives étaient, jusque-là, principalement utilisées pour jouer à des jeux vidéo sur Internet. Mais la firme Condition One, qui propose une technologie permettant de réaliser des vidéos avec un très grand angle de vue, a annoncé la mise en chantier du premier film en 360 degrés destiné à l'Oculus Rift. Il est question d'un documentaire d'une trentaine de minutes nommé Point zéro qui s'intéressera "aux pionniers de la réalité virtuelle".

On y verra des chercheurs, des développeurs de jeux indépendants, mais aussi, des hackers. Une séquence sera même dédiée au simulateur d'entraînement au combat de la Défense américaine. Impossible de le visionner sans les fameuses lunettes. Le spectateur pourra ainsi s'immerger dans le film en tournant la tête pour découvrir les différents facettes des lieux visités. Une sensation résumée par l'équipe à l'origine du projet:

C'est comme être assis dans une salle de cinéma Imax 3D, sauf que l'écran vous entoure totalement. 


 

Vers une commercialisation pour le grand public...

En décembre 2013, les concepteurs de l'Oculus Rift ont levé 75 millions de dollars auprès de fonds d'investissement pour permettre la commercialisation de ces lunettes de réalité virtuelle. La version grand public est attendue cette année. Les concepteurs affirment qu'il ne s'agit plus que "d'une question de mois".

Brendan Iribe, PDG d'Oculus VR ne se cache pas du but qu'il souhaite atteindre: "faire de la réalité virtuelle quelque chose d'accessible au plus grand nombre". Ce que confirme le nouveau directeur technique, John Carmack:  

Ce qui révolutionnera le jeu, et les contenus interactifs en général, c'est le fait de placer l'utilisateur au coeur des mondes digitaux. C'est notre objectif chez Oculus.


 

Reste à savoir ce qu'il en coûtera pour vous procurer cette merveille de technologie.


 

Chaque jour le Mouv' met la Pop au carré, reportages à écouter par ici.

Et abonnez-vous au podcast RSS et iTunes.

 


 

Reportage : Marine Valès

Photo de couverture : Cc Marine Valès

Commentaires