La teuf, nouvelle religion

Rien à voir Vendredi 13 juin 2014

Réécoute
La teuf, nouvelle religion
Le magazine Néon du mois de juin consacre un dossier de 10 pages aux "soirées de nos vies". Il parait qu'on devrait même faire la fête après une rupture ou un enterrement. Rien à voir a un doute.

Aujourd'hui, la religion qui rassemble le plus d’adeptes, c’est la religion de la fête. Les teufs, les ré-soi, les boums. Vendredi soir, c’est teuf, samedi soir, c’est teuf, et le dimanche, c’est coma pour tout le monde.

Le magazine Néon consacre ce mois-ci pas moins de 10 pages à la fête, et aux moyens de la réussir. Le dossier est inauguré par l’intervention d’un philosophe, Pierre-Henri Tavoillot :

Les rites de passage des sociétés traditionnelles ont aujourd’hui largement disparu. Ils ont été remplacés par la fête. Dans notre vie, nous avançons étape par étape. En nous amusant, nous les marquons, et nous avons plus de facilité à les passer quand nous sommes entourés des gens qu’on aime et qui nous aiment .


 

Les teufs seraient donc un moyen pour nous d’avancer dans la vie. De cuite en cuite, de lendemains migraineux en lendemains migraineux. Cette évolution anthropologique me déprime.  

Crédit photo : ©Pedro Szekely / Flickr

Pourtant, l'article est formel :

Chaque occasion, qu’il s’agisse d’une rupture, d’une prime, d’un anniversaire ou même d’un enterrement, devrait être une opportunité à saisir pour s’amuser.


 

Etre au fond du seau, chialer dans sa baignoire quand on s’est fait larguer, c’est tellement 20ème siècle. L’homme moderne va chercher son shaker et avale toutes ces vétilles avec un bon mojito des familles.

 

Crédit photo : ©Mircea / Flickr


En Belgique, il y a même un bonhomme dont la profession est « clown d’enterrement ». Il est censé apaiser la douleur des gens et détendre l’atmosphère. Ah bon. On apprend également qu’en Espagne, une entreprise funéraire propose de transformer les cendres des défunts en feu d’artifice. Re ah bon.

Une chronique pour se demander si, quand même, il n'y a pas une forme de fuite généralisée là-dedans.

 


 

 Retrouvez Elodie Emery sur Twitter

> Retrouvez toutes les chroniques

> Abonnez-vous au podcast, RSS et iTunes

Licence
PaternitéPas d'utilisation commercialePas de modification Certains droits réservés par e_lisewin

Commentaires