La techno chamanique de Cubenx

Docteur Beat Mercredi 21 mai 2014

Réécoute
La techno chamanique de Cubenx
Tous les mercredis à 20h45 dans Hashtag Le Mouv' d'Emilie Mazoyer, Docteur Beat passe au scanner toute l’actualité de la musique électronique et du clubbing. Cette semaine Docteur Beat vous présente le mexicain Cubenx.

On était sans nouvelles de Cubenx depuis On your own again, son 1er album en 2011. Il faut dire qu’il s’en est passé des choses dans sa vie : ce disque il l’avait commencé à Berlin où il vivait, puis il l’a fini au Mexique où il était retourné après une rupture avec sa copine. Et là il est de retour à Berlin, il a récupéré la copine, une bague au doigt au passage ! Cette fois-ci bien installé dans son propre studio et dans sa vie, qu’il a décidé de nous faire danser à nouveau avec un maxi de techno atmosphérique, pleine de spleen et de torpeur. Le maxi s’appelle Mercurial, il est sorti lundi sur le label parisien InFiné.


Son vrai nom c’est Cesar Urbina mais, comme ne l’indique pas son prénom, il a plus l’âme d’un latin-lover que celle d’un conquistador ! Il découvre la techno et les platines dans sa ville natale d’Uruapan, une ville du centre du Mexique où il n’y a pas grand-chose d’autre à faire que la fête. Il est tout de suite séduit par l’idée que la techno permet de faire de la musique sans faire partie d’un groupe et sans savoir jouer d’un instrument. La musique de Cubenx c’est le parfait mélange entre l’hédonisme techno, le psychédélisme et le romantisme de la scène rock indé britannique des années 80-90. Il se promène entre toutes ces musiques qui l’ont poussé à devenir musicien, cherchant toujours à injecter dans la musique électronique la grosse charge émotionnelle contenue dans les refrains des Smiths ou de Cure.

Photo : Homero Ramirez

Il a poussé un peu encore plus loin ses expérimentations psychédéliques avec un nouveau projet qui sortira le 16 juin. Le projet s’appelle We:Mantra. Il a fait ça avec Nicolas Laureau, alias Don Niño, et le plasticien Antoine Schmitt. Et cette fois c’est du côté de l’Inde qu’ils vont lorgner en mélangeant le sitar et les tablas aux boites à rythme et aux synthés. Il est accompagné d'une application pour smarthpones et tablettes, véritable expérience cosmique et infinie.

 

Plongez dans l'expérience WE:MANTRA !

 

> Retrouvez toutes les chroniques de Docteur Beat

> Abonnez-vous au podcast : RSS et iTunes

> Suivez Antoine Dabrowski sur Twitter : @DJPomPomBoy

Commentaires