La soupe de pénis réchauffe la libido

Pendant ce temps, à Vera Cruz (old) Mardi 20 mai 2014

Réécoute
La soupe de pénis réchauffe la libido
En Bolivie, des recettes aphrodisiaques ancestrales ont toujours leur petit succès dans une population à forte tradition indigène. Les pénis de taureaux, cuisinés en soupe, servent de substitut au viagra, pour les hommes comme pour les femmes.

 

"Nos ancêtres nous ont dit que la soupe de pénis était tonifiante et aphrodisiaque. Elle rend l'homme fort et viril comme un taureau." Aydé Urquizo, restauratrice à La Paz, est enthousiaste. Il faut dire qu'elle ne fait pas que la servir, cette "soupe de cardan", elle en consomme aussi depuis toute petite. "Et ça fonctionne aussi avec les femmes : j'ai eu dix enfants."

 

La soupe de cardan d'Ayde Urquizo, à La Paz © Reza Nourmamode, 2014

 

Bizarrement, aucune fiche de recette n'est disponible sur Marmiton.org. Cette préparation, très populaire en Bolivie, surprend les Européens de passage. Ca n'est finalement pas si compliqué à cuisiner, le tout étant de trouver un fournisseur, et de s'armer de patience :

Cuire l'organe pendant douze heures pour qu'il soit bien tendre. Ajouter du poulet, un oeuf, du boeuf et quelques légumes de votre choix. Le résultat est à déguster très chaud.

Là par exemple, ça commence à peine à être tendre © Reza Nourmamode, 2014

 

La clientèle d'habitués est conquise. "Je trouve que ça a un goût d'homme avec une saveur proche de la crème de lait", s'amuse une dégustatrice mutine. Alvaro évoque un effet immédiat : "tu commences à suer, et ton corps se met à chauffer, et cette chaleur, il faut bien l'évacuer d'une manière ou d'une autre."

Pour les végétariens, il existe aussi la maca, tubercule cousin du chou qui pousse au-delà de 3.800m d'altitude dans des conditions climatiques extrêmes. La société Alcos la commercialise dans le pays, avec un profit non-négligeable. Willy, agriculteur au sud de la capitale, en fait pousser depuis cinq ans. "Nous on le broie avec du miel et on le boit comme un jus de fruit et après on va très très bien." Il a de quoi être excité : il exporte désormais jusqu'au Canada.

 

Maintenant, on trouve même des aphrodisiaques à la foire de Paris. La preuve par ici.

 


 

Reportage et photos : Reza Nourmamode                         Mise en page : Augustin Arrivé

Parce qu'il y a toujours un Vera Cruz à l'autre bout du monde, retrouvez l'ensemble de nos reportages en cliquant par  !

Et abonnez-vous au podcast, RRS et iTunes.

Commentaires