La Silicon Valley, un Moyen-Age connecté

L'actualité numérique Lundi 27 janvier 2014

Réécoute
La Silicon Valley, un Moyen-Age connecté
Depuis quelques jours, des habitants de San Francisco s'en prennent aux bus de Google. Et si la protestation peut sembler anodine, ses implications sont beaucoup plus profondes.

 

San Francisco est la capitale des start-ups. Merci pour le scoop. Mais, l'embourgeoisement, ou plus exactement la gentrification aidant, la ville californienne est aussi devenue la plus chère des Etats-Unis dès lors qu'il s'agit de se loger : comptez 2 300 dollars par mois pour un studio. Et tandis que la Silicon Valley essaie de modeler le monde de demain, certains habitants s'en prennent physiquement aux géants du Net.

La semaine dernière, ils sont quelques-uns à avoir perturbé le passage du Google Bus, affrété par l'entreprise pour acheminer ses salariés jusqu'au siège de Mountain View, à une cinquantaine de kilomètres de là. Le tort de ces autocars rutilants : ils incarnent la façon dont quelques oligarques du web confisquent la ville. Outre quelques pancartes et une poignée de slogans, les San Franciscains mécontents ont même composé un rap empreint d'une certaine ironie :


Plus offensif encore, un mystérieux collectif du nom de "Counterforce" s'en est pris à Anthony Levandovski, un salarié de Google. Alors qu'ils bloquaient son allée, ils ont diffusé un communiqué en forme de menace sur Internet :

Anthony Levandovski (c’est son nom) construit un monde de contrôle, de surveillance et d’automatisation. C’est aussi votre voisin.


 Pour comprendre les origines d'une telle défiance, il faut se pencher sur les causes profondes de ce schisme californien. Dans un reportage publié en novembre 2012 par le Weekly Standard, la journaliste Charlotte Allen parlait du “Silicon Chasm”, “le gouffre de la Silicon Valley”. Elle y dépeignait une Amérique coupée en deux. D’un côté, des travailleurs du numérique à qui tout réussit, qui s’achètent des propriétés à plusieurs millions de dollars, roulent en limousine électrique et vivent dans des gated communities de gens connectés. De l’autre, des classes moyennes qui dévissent parce que des ordinateurs font plus vite et mieux le travail qu’elles exercaient avant. Le saviez-vous ? La Silicon Valley abrite le plus grand camp de SDF des Etats-Unis, surnommé "La Jungle". Des disparités qui évoquent un système féodal en wifi et posent cette question à tous ceux qui tournent avec envie leurs yeux vers la Californie : "Avons-nous vraiment envie de devenir la Silicon Valley ?"

Suivez Olivier Tesquet sur Twitter

 


 

> Retrouvez toute l'actualité numérique

> Abonnez vous aux podcasts : RSS et iTunes

Photo : Flickr CC BY 2.0 Christian Rondeau

Commentaires