La Route du Rock, une "anomalie artistique"

le Reportage de la Rédaction Jeudi 14 août 2014

Réécoute
Dernières diffusions
La Route du Rock, une "anomalie artistique"
C'est son directeur qui le dit. La Route du Rock est aujourd'hui un luxe, une "anomalie artistique". Après 24 ans d'existence, le festival continue d'offrir une programmation pointue, sans concession. Tout en gardant la porte ouverte aux nouveaux venus.

Ploc-ploc. C'est la pluie qui a accueilli les premiers festivaliers, sur le site du Fort Saint-Père. Et fait de l'endroit devenu mythique un joli bain de boue. Rien de grave, pourtant, puisque la plupart des festivaliers ont l'habitude. Ici, on s'équipe, quand on vient apprécier un concert. Bottes, K-way, parapluie, sac poubelle obligatoires.

 

Festivaliers mouillés. 

 

Près de la grande scène, une piscine de gadoue s'est formée. Il faudra amener sur place une pompe géante pour tenter de la vider. Un peu plus loin, Angel Olsen a commencé à chanter. Serviette sur la tête. La Route du Rock 2014 s'annonce très humide.

 

Angel Olsen, 27 ans, une bien jolie voix et des cheveux au sec. 

 

The War on Drugs, Kurt Vile, Real Estate... Réjouissances du début de soirée, entre trois averses. La programmation, comme toujours, est sans concession. Une fierté pour François Floret, le directeur. "On programme nos artistes avec le coeur. Les festivaliers le sentent bien."

 

Bain de boue. 

 

Pas toujours simple, pourtant, de tenir l'équilibre budgétaire quand on a pas ou peu de têtes d'affiches. Cette année, seul Portishead fait figure de groupe "mainstream". C'est pour ça que le festival est auto-financé, à 70%. Et le pari fonctionne, cet été encore : avec déjà 23.000 entrées payantes, c'est déjà la deuxième meilleure fréquentation de l'histoire de la Route du Rock.

 

Trempés, mais heureux. 

 

____________________________________

Reportage et photos - Agathe Mahuet

Retrouvez chaque jour le choix des journalistes du Mouv', dans le Reportage de la rédaction.

Commentaires