La révolte des écrivains contre Amazon

le Reportage de la Rédaction Jeudi 28 août 2014

Réécoute
Dernières diffusions
La révolte des écrivains contre Amazon
Plus rien ne va entre le géant de la distribution en ligne, Amazon, et la maison d'édition Hachette. Leur bras de fer sur le prix des livres numériques dure depuis plusieurs mois déjà. Et les méthodes employées par le groupe américain ne plaisent pas du tout aux écrivains.

 

C'est une double page qui a marqué les esprits. Celle publiée dans le New York Times, le 10 août dernier. Une lettre ouverte rédigée par l'auteur de best sellers, Douglas Preston et signée par 909 écrivains, parmi lesquels Stephen King, Nancy Huston, John Grisham, Paul Auster...etc.

Nous sommes fermement convaincus qu'aucun libraire ne devrait ni empêcher ni gêner la vente de livres. Amazon n'a pas le droit d'utiliser un groupe d'auteurs, extérieurs à ce conflit, pour mener des réprésailles ciblées


 

Dans cette lettre, ils dénoncent les pratiques du distributeur américain Amazon, engagé depuis plusieurs mois dans un conflit avec Hachette. Les deux parties s'affrontent  sur le prix du livre numérique.

Hachette édite ses e-book entre 15 et 20 dollars mais pour Amazon qui les distribue sur sa plateforme, c'est trop cher. L'américain demande à la maison d'édition de baisser les prix à 9,99 dollars (soit 7, 50 euros) quelque soit le livre. En résumé, il veut instaurer un prix unique du e-book. Hors de question pour Hachette.

Alors pour faire céder l'éditeur, Amazon emploie des méthodes pas très classes.  Par exemple, si vous habitez aux Etats-Unis et que vous voulez commander un bouquin d'Hachette via Amazon, soit vous n'allez pas trouver le livre en question, soit le délai de livraison sera rallongé sans explication.

Pour les écrivains américains, c'est tout simplement de la rétorsion de livres. L'entreprise de Jeff Bezos est allée plus loin en publiant sur un site l'adresse mail du patron d'Hachette aux Etats-Unis et en demandant à ses clients d'agir. 

Nous n'abandonnerons jamais notre combat pour des livres numériques à prix raisonnables. Nous aimerions avoir votre aide. Merci d'écrire à Hachette et de nous mettre en copie.


 

Pas très classe, on vous a prévenu. Mais c'est bien connu, Amazon ne fait pas dans les sentiments, comme l'expliquait sur France Inter, François Momboisse, président de la fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad).

 

La révolte a gagné l'Europe, où près de 1 200 auteurs allemands ont décidé, à leur tour, de signer une pétition pour dénoncer les méthodes d'Amazon contre un éditeur scandinave, cette fois-ci. 

A quand une pétition de nos plumes françaises ?

La situation en France est spéciale: le prix des livres est encadré par la loi. C'est l'éditeur qui le fixe et les distributeurs n'ont pas leur mot à dire. Mais cela n'empêche pas les auteurs français d'être solidaires.

C'est le cas de Laure Lapègue. Cette auteure bordelaise a décidé de s'auto-éditer, pour rester maître dans la distribution et le prix de ses livres. Elle a même crée Booknséries, un site dédié aux écrivains auto-édités:

 

Hachette peut aussi compter sur le soutien des autres éditeurs français, à l'image de Bragelonne. Mais Stéphane Marsan, le directeur de la publication, avoue que les prix des e-book en France sont encore trop élevés et qu'ils doivent baisser, si on veut réellement lancer le marché dans notre pays. Pour le moment, le numérique ne représente que 3 à 4 % des ventes de livres.

 

Même Stephen Colbert, animateur star aux Etats-Unis (et publié chez Hachette) a poussé son coup de gueule contre Amazon.

 

Les choix actu du Mouv', c'est tous les jours dans le Reportage de la Rédaction

Et abonnez-vous au podcast RSS et iTunes

Reportage et mise en page : Hajera Mohammad


Photo de couverture : cc Flickr Nic taylor et Bibliothek der Hochschule Zwickau

Commentaires