La presse féminine se rebelle

le Reportage de la Rédaction Jeudi 10 octobre 2013

Réécoute
Dernières diffusions
La presse féminine se rebelle
Dans la lignée de Causette lancé en 2009, plusieurs nouveaux magazines féminins ont fait leur apparition dans le paysage saturé et stéréotypé du mag girly. Cet automne, un nouveau nom vient s'ajouter à la liste : Cheekmagazine, pureplayer féminin geek, chic et gonflé.

 

Après consultation de son horoscope, de son numéroscope et sur le conseil de son test psycho-sexo-conso, Claire Chaudière, de la rédac' du Mouv', vous encourage à cliquer ci-dessus.

 

L'intelligence et l'impertinence, nouveau créneau de la presse féminine ? Après le magazine « qui ne nous prend pas pour des quiches », plusieurs nouveaux magazines féminins ont fait leur apparition dans le paysage saturé et hyper-stéréotypé du mag girly. Les Paulette, MadmoiZelle, et autre éphémère Fluide Glamour ont apporté un peu de piment au secteur.

Dernier né : Cheekmagazine.fr, pureplayer féminin geek, chic et gonflé. Même si ces titres sont tous assez différents, quel modèle éditorial et économique pour ces féminins alternatifs ?

 

L’équipe de Cheekmagazine.fr dans ses locaux rue Richet, dans le IXe arrondissement de Paris.

 

Faustine Kopiewjski, Myriam Levain et Julia Tissier ont lancé le titre il y a dix jours à peine loin des gros budgets des groupes Marie-Claire et Lagardère. Et ce n'est pas parce qu'elles parlent de mode que ces trois trentenaires ne rejettent pas en bloc une certaine idée de la presse féminine.

 

Devenu la figure tutélaire du genre, Causette a atteint les 100.000 exemplaires vendus l’été dernier. Le magazine féminin féministe compte aujourd’hui 15.000 abonnés.

 

Grégory Lassus Debat, co-fondateur et directeur de publication de Causette © Claire Chaudière, le Mouv'


Commentaires