La pop dévergondée de The Hidden Cameras

Queer as Rock Jeudi 17 avril 2014

Réécoute
La pop dévergondée de The Hidden Cameras
De REM à Arcade Fire, tout le monde chante les louanges de la "queer folk" de ce faux groupe de Toronto. Culte !

Joel Gibb est le taulier de The Hidden Cameras. Ce songwriter canadien basé à Berlin décrit le son de sa formation comme une "musique folk d'église gay". On parlera plutôt d'une pop bâtarde, quelque part entre le rock maniéré du REM des débuts et la musique de chambre de Belle and Sebastian.

En activité depuis 2001, Gibb et à sa joyeuse bande ont publié pas moins de six albums dont presque autant de chef d'oeuvres. Célébré par Michael Stype, le chanteur de REM (qui a même invité Gibb à chanter sur l'ultime album du groupe) et les Montréalais d'Arcade Fire (qui reprennent régulièrement sur scène leur titre 'Ban Marriage') l'influence de The Hidden Cameras dépasse largement les ventes du groupe qui, elles, restent relativement modestes.

En 2014, le groupe revient aux affaires avec "Age", un disque plus agressif mais toujours aussi queer, à l'image de 'Gay Goth Scene', un premier single qui dénonce l'homophobie:

 

le site de The Hidden Cameras.


auteur: Romain Burrel

Retrouvez toutes les chroniques de Queer As Rock

Abonnez-vous au podcast, RSS et iTunes

Commentaires