La nouvelle jeunesse de France Télévisions

La Pop au carré Lundi 31 mars 2014

Réécoute
La deuxième jeunesse de France Télé
Le service public lance aujourd'hui sa nouvelle offre jeunesse. Son ambition : devenir une "référence" auprès des enfants et de leurs parents. France 4 devient une chaîne jeunesse et l'offre numérique sera enrichie.

Une offre jeunesse étoffée, mais plus claire et plus lisible. C'est l'ambition de France Télévision, qui se revendique leader sur cette tranche d'âge : 28% de parts d'audience sur les 4-10 ans, 18,1% sur les 11-14 ans. Une longueur d'avance sur la concurrence que le groupe veut pérenniser en faisant de France 4 LA chaîne jeunesse du service public.

Depuis son lancement en 2005, la petite dernière du groupe n'a jamais trouvé son identité, comme le reconnaît Tiphaine de Raguenel, directrice des programmes de France 4 et responsable des activités jeunesse de France Télévisions.

On a souvent reproché à France 4 de ne pas avoir installé un positionnement et une marque programmes pérennes. Il y avait aussi une forte demande du gouvernement et des producteurs d'animation français en faveur d'une chaîne tournée vers la jeunesse. Dans la plupart des autres pays européens, les groupes de service public ont une, voire deux chaînes à destination des enfants.


Tiphaine de Raguenel © Sébastien Sabiron
 

Dans les faits, France 4 sera une chaîne jeunesse à mi-temps, avec des programmes pour les enfants pendant la journée, pour les jeunes adultes dans la soirée. Pour inaugurer la grille, France 4 diffuse ce soir Tokyo Reverse. Cette première expérience française de "slow TV" suit la déambulation d'un jeune homme dans les rues de Tokyo, dans un plan séquence de 9 heures, monté à l'envers. Concept.

 

Priorité à l'animation

Dès aujourd'hui, les kids retrouveront sur France 4 quelques unes des séries qu'ils affectionnent : Oggy et les cafards, le Marsupilami, Yakari et les fameux Lapins Crétins, un best seller made in France adapté du jeu vidéo d'Ubisoft. Parmi les nouveaux venus : Foot2Rue Extreme, une série lancée en 2006 et dynamisée cette saison par l'usage de la 3D.


France Télévisions conserve ses marques jeunesse (Zouzous pour les 3-5 ans ; Ludo pour les 6-12 ans) et prévoit de diffuser 5.400 heures d'animation cette année, contre 4.200 en 2013. Avec 29 millions d'euros injectés tous les ans, le groupe est le premier investisseur européen dans la production de séries animées. Des séries qui doivent véhiculer des valeurs positives : égalité entre les sexes, intégration, civisme...

  
Concurrencer Youtube

Autre grand chantier : la valorisation des programmes sur les supports numériques. France Télés veut séduire les "millénials", cette génération d'enfants nés dans les années 2000, quasiment avec une tablette tactile entre les mains. Des gamins perfusés à Youtube, source d'inquiétude pour les parents, à l'image du rappeur Disiz, papa de quatre enfants :

Disiz et les personnages de "Foot2Rue Extreme", dont il a signé le générique © Sébastien Sabiron


Pour concurrencer Youtube, le service public prépare une plate-forme web, mobiles et télé connectée, qui reprendra tous les programmes jeunesse du groupe. Amel Cogard, directrice jeunesse chez France Télévisions éditions numériques :

Sur les plate-formes Ludo et Zouzous, le parent aura un tableau de bord qui lui permettra de définir le temps de visionnage, de choisir la programmation, de créer des playlists par séries. L'idée est de proposer un environnement sécurisé pour l'enfant et sécurisant pour le parent.



Ces nouvelles plate-formes incluront également des jeux et des bonus dérivés des programmes diffusées à l'antenne. Lancement prévu en septembre prochain.

Reportage signé Sébastien Sabiron.


 

Chaque jour le Mouv' met la Pop au carré, reportages à écouter par ici.

Et abonnez-vous au podcast RSS et iTunes.

Commentaires